- PUBLICITÉ -
Le cellulaire au volant, c’est tolérance zéro

Le Cellulaire Au Volant, C’est Tolérance Zéro

Le Cellulaire Au Volant, C’est Tolérance Zéro

Le cellulaire au volant, c’est tolérance zéro

Opération nationale concertée «Distraction»

Les contrôleurs routiers de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ont réalisé, le 24 septembre, une opération visant à repérer et sanctionner les conducteurs de véhicules lourds et de promenade qui utilisaient un appareil électronique portatif au volant.

Cette opération, mise sur pied par Contrôle routier Québec, a été menée dans les grandes régions de Laval et des Laurentides et avait comme particularité l’usage d’un autocar banalisé, lequel a servi de point d’observation pour les agents de la paix.

«Aujourd’hui, nous sommes à bord d’un autobus fantôme, sur l’autoroute. L’objectif est de voir à l’intérieur des véhicules les conducteurs qui utilisent leur cellulaire au volant» , mentionne d’entrée de jeu l’agente aux relations publiques du service du Contrôle routier, Marie-Josée Michaud, avant d’ajouter que le transport en autobus permet d’apercevoir facilement les fautifs distraits par leur cellulaire de quelconque manière, à l’oreille ou à la hauteur de la taille. «Nous sommes en mesure de voir s’il s’agit bel et bien d’un appareil électronique et nous pourrons par la suite donner un constat d’infraction» , de renchérir cette dernière.

Des amendes salées

Lors de l’opération du 24 septembre, des patrouilleurs de Contrôle routier Québec suivaient l’autobus fantôme, à bord de voitures identifiées, eux qui sont chargés d’intercepter les fautifs et délivrer des amendes de 300 $ à 600 $, plus les frais, en ajoutant 5 points d’inaptitude.

Dans le cas d’une autre infraction du genre, le constat minimal est en effet doublé et le permis de conduire est suspendu immédiatement pour 3, 7 ou 30 jours dépendamment du nombre de récidives sur une période de deux ans.

En deux heures et demie de travail, les agents présents sur l’autoroute 15, lundi dernier, ont intercepté 19 véhicules et ont livré 8 constats d’infraction pour utilisation d’un appareil électronique portatif au volant, dont une récidive avec suspension de permis de conduire pour trois jours.

Volant et cellulaire: un mélange dangereux

Au Québec, la distraction au volant est la cause de 52 % des accidents avec dommages corporels. De 2011 à 2015, ce sont en moyenne 8 400 infractions qui sont commises par les 16-24 ans pour avoir conduit en usant d’un appareil muni d’une fonction téléphonique tenu en main.

Il n’est donc pas nécessaire de rappeler que l’utilisation du cellulaire au volant est un danger pour soi et pour les autres, sur les routes. Texter en conduisant augmente le risque d’accident, puisque la personne quitte la route des yeux 4 à 6 secondes. À une vitesse de 90 km/h, c’est l’équivalent de traverser un terrain de football les yeux fermés.

Aux dires des patrouilleurs, l’effet de l’utilisation du cellulaire au volant est comparable à celui de conduire avec les facultés affaiblies par l’alcool, en ce qui concerne le temps de réaction et le risque de collision.

La ceinture, c’est la vie

L’opération permet de voir que certains conducteurs de véhicules lourds ne portent pas nécessairement la ceinture de sécurité, elle qui est reconnue comme étant la meilleure mesure de protection des occupants, peu importe le poids et la grandeur du moyen de transport. Elle réduit de moitié les risques d’être tué ou blessé gravement dans un accident. Une dizaine de constats ont d’ailleurs été émis pour conduite d’un véhicule sans porter la ceinture, lors de l’opération du 24 septembre.

Lorsqu’un véhicule heurte un obstacle à 50 km/h, l’impact multiplie par vingt le poids des personnes ou des objets. Un individu de 70 kg devient alors un projectile vivant de 1 400 kg qui pourrait être projeté contre le tableau de bord ou le pare-brise, ou même carrément éjecté de l’automobile. Depuis le 18 mai 2018, l’usager en infraction est passible d’une amende de 200 $ à 300 $ et de 3 points d’inaptitude.

Notons au final que l’opération nationale concertée «Distraction» se déroule du 21 au 27 septembre 2018, à la grandeur de la province, elle qui a pour objectif de sensibiliser et conscientiser les usagers de la route aux conséquences de la distraction au volant.

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Metro Rosemere
- PUBLICITÉ -
Top