- PUBLICITÉ -

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville.

Le 6 décembre: «Nous n’oublions pas!» _ Louise Chabot

À l’occasion du 6 décembre – la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes et des 30 ans de l’attentat de Polytechnique, Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville tient à rappeler l’importance de continuer à mettre les efforts nécessaires pour éliminer la violence faite aux femmes et souligner le 30e de la tuerie de Polytechnique.

C’est le 6 décembre 1989 que 14 jeunes femmes ont trouvé la mort dans leur salle de classe parce qu’elles étaient des femmes. «De tristes événements de violence envers les femmes sont encore trop souvent d’actualité. Cette violence a aussi des répercussions sur des enfants et des familles entières. Il faut mettre un terme à ce genre de violence sous toutes ses formes. Il faut continuer de marcher, de dénoncer, de mettre en place des mesures d’urgence, c’est un travail collectif et toute la société doit en être partie prenante», a déclaré Louise Chabot.

Andréanne Larouche, députée de Shefford et porte-parole en matière de condition féminine, a continué en affirmant que «la violence faite aux femmes touche toutes les couches de la société. Que ce soit dans les milieux aisés ou défavorisés, les plus jeunes femmes comme les plus âgées, sont trop souvent victimes de violence… Sournoise, elle s’immisce insidieusement et il devient difficile pour ces femmes de s’en sortir seule.»

«Il existe plusieurs ressources, organismes et maisons d’accueil à travers le Québec pour venir en aide aux femmes victimes de violence. Elles doivent se référer à ces organismes car ce sont les premiers pas vers leur libération de la violence. Gardons espoir, gardons confiance en nous, les femmes», a conclu la députée de Thérèse-De Blainville.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top