- PUBLICITÉ -
Le 18 octobre à Sainte-Thérèse: retour de la Nuit des sans abris

La mairesse de Sainte-Thérèse

Le 18 octobre à Sainte-Thérèse: retour de la Nuit des sans abris

Pour une 24e année, les citoyens de Sainte-Thérèse pourront prendre part à la Nuit des sans abris qui se déroulera le 18 octobre, à l’arrière de la Maison du citoyen, sur la rue Turgeon, entre 18 h et minuit. L’événement promet d’être fort animée si l’on s’en tient au programme de la soirée.

Les membres du Comité de la MRC de Thérèse-de-Blainville, dont font partie le Resto pop, la Ville de Sainte-Thérèse, la Maison des jeunes, le Carrefour jeunesse emploi, L’Écluse des Laurentides et le Centre d’entraide Thérèse-de-Blainville, s’étaient donné rendez-vous, le 30 septembre dernier, pour annoncer l’évènement.

Ils invitent la population à venir assister aux performances artistiques du jeune slammeur Vincent Royer, de l’humoriste Mehdi Bousaidian, du duo acoustique de Stéphane Héroux, d’Antoine Boisier-Michaud, de cracheurs de feu, ainsi qu’à entendre le témoignage de Cynthia Vickers, une ancienne itinérante.

«Cette activité vise à briser l’indifférence, enlever les préjugés et mettre en lumière les conséquences de la pauvreté et les visages de l’itinérance qui sont multiples», a indiqué la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant.

Le comité organisateur rappelle que l’itinérance n’est pas seulement présente dans la métropole, mais aussi dans des villes laurentiennes comme Sainte-Thérèse, Saint-Jérôme et Saint-Eustache.

Les différents intervenants rattachés au milieu de l’itinérance attendent toujours la politique en itinérance promise par le gouvernement Marois, laquelle devrait s’orienter autour de six axes : le droit de cité, un revenu décent, l’accès au logement, à l’éducation et aux soins de santé, et le soutien aux réseaux de solidarité.

Cette politique pourrait être adoptée au plus tard en décembre 2013 et sa mise en œuvre aurait lieu en mars 2014, avec un premier plan d’action, selon ce qu’a confirmé le sous-ministre du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Selon les membres du Comité organisateur de la MRC de Thérèse-de-Blainville, l’itinérance serait en croissance dans plusieurs régions du Québec, d’où l’importance d’une telle politique. Son adoption, laissent-ils savoir, doit exprimer le refus par le gouvernement de voir l’itinérance exister et croître comme une fatalité et doit aussi, de ce fait, entraîner des actions de tous les ministères concernés afin de la prévenir et de la réduire.

Cette politique permettrait, croient-ils, de responsabiliser également les établissements carcéraux, les hôpitaux et les centres Jeunesse dans leur rôle préventif.

Les membres du comité remettent aussi en doute la nouvelle approche d’Ottawa, qui vient de reconduire pour cinq ans le mandat de l’organisation Stratégie de Partenaires de la lutte contre l’itinérance, le bailleur de fonds de plusieurs OSBL.

Alors que le gouvernement fédéral oriente son soutien financier vers l’accès au logement, les intervenants constatent que la réalité régionale est quelque peu différente puisque ses itinérants sont surtout aux prises avec une instabilité résidentielle. «L’approche Logement d’abord permet d’aider des personnes dans la rue alors qu’ici, à Sainte-Thérèse, par exemple, notre souci est d’éviter qu’ils s’y rendent», ont précisé de concert les membres du comité organisateur.

Bref, il reste du travail à faire pour mettre fin à l’itinérance.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top