- PUBLICITÉ -
Le 11 novembre à Lorraine: Yves LeBlanc veut votre sang

Yves LeBlanc sera président d’honneur de la collecte de sang de Lorraine

Le 11 novembre à Lorraine: Yves LeBlanc veut votre sang

Rassurez-vous, Yves LeBlanc n’est pas vampire, même s’il a momentanément perdu un peu de vie. C’est d’ailleurs cet épisode où il a reçu plus de 150 transfusions sanguines qui a amené l’enseignant de 43 ans à assumer la présidence de la collecte de sang de la Ville de Lorraine, qui aura lieu le 11 novembre prochain.

Il faut remonter au 12 décembre 2009 pour suivre un parcours hospitalier au cours duquel le père de famille éprouva des problèmes de coagulation, à la suite d’une chirurgie mineure.

Une hémoglobine inquiétante et un taux très bas de plaquettes lui ont un moment fait craindre la leucémie, mais on découvrira finalement une aplasie médullaire, une insuffisance de la moelle osseuse qui lui fera passer Noël à l’hôpital.

Des traitements apparentés à de la chimiothérapie seront suivis par des immunosuppresseurs et la greffe de la moelle osseuse est évoquée en ultime solution à une anémie qui hypothèque sévèrement la vie de l’enseignant, qui ne peut d’ailleurs plus suivre le rythme d’une école primaire.

En février 2010, Yves LeBlanc passera 67 jours à l’hôpital avec des complications dues à son système immunitaire. On le place alors en isolation complète et même ses visiteurs doivent porter le masque. Un abcès suffira à le mettre en danger, en lui déformant momentanément le visage.

Cet épisode a été difficile et, pendant trois mois, il devra être transfusé deux fois par semaine, à raison de quatre heures par séance. Le temps qui passe lentement, comme la vie qui coule dans ses veines, lui a alors fait réaliser pleinement toute la vérité à propos de ce don que l’on dit précieux.

«C’est incroyable de constater qu’à peine 3 % des gens donnent du sang», s’étonne celui qui doit la vie à ces quelques personnes qui sont souvent les mêmes, conscientisées du caractère unique et irremplaçable du don de sang.

Durant ces années alourdies par la maladie et de longs mois en congé forcé, Yves LeBlanc aura vécu toutes les angoisses des attentes de diagnostic, en plus de l’épreuve de traitements apparentés à de la chimiothérapie, mais il n’a heureusement pas eu à attendre pour la greffe.

Le 9 janvier 2013, l’enseignant recevait la greffe nécessaire et, le 29 avril, il traversait les cent jours avec un rétablissement qui le laisse fragile au point de vue immunitaire, mais enfin sur pied.

Tellement en fait, qu’il prenait part à une course de 10 km, le 29 septembre dernier, qu’il terminait avec un temps de 58:52 minutes. Quand même bien pour un homme qui peinait à suivre son fils de neuf ans, quelques mois auparavant, en craignant ne plus être là pour lui.

Le plus étonnant, c’est que Yves LeBlanc, avec toutes ces transfusions, a changé de groupe sanguin. Il sera sur place, le 11 novembre, de 14 h à 20 h, au centre culturel Louis-St-Laurent, 4, boulevard Montbéliard. Son histoire vous confirmera la valeur de votre geste.

C’est au deuxième étage du centre culturel et vous n’aurez qu’à présenter une carte d’identité. On vous conseille seulement d’avoir bien mangé et d’être bien hydraté pour soutenir d’autres Yves LeBlanc qui ont envie de courir.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top