- PUBLICITÉ -
Agrile du frêne, Jardin des Sources, Sainte-Thérèse, résidence pour personnes âgées

Plusieurs frênes n’ont pas survécu cet hiver. (Photo Claude Desjardins)

L’agrile du frêne bien présente au Jardin des sources

Plusieurs arbres n’ont pas survécu

Des résidents du Sélection Jardin des Sources de Sainte-Thérèse ne savent plus vers qui se tourner pour sauver les frênes qui ceinturent l’établissement pour personnes âgées dans laquelle ils résident, chemin de la Côte St-Louis Ouest. Malgré les doléances exprimées à la direction, il y a de cela plus d’un an, ils ont réalisé, ce printemps, que plusieurs arbres étaient morts, attaqués par l’agrile du frêne, et ils ne sont pas contents.

«Le Jardin des Sources était reconnu pour la beauté de ses arbres, il n’y a pas si longtemps. C’est devenu un désastre !», rage une résidente du Jardin des Sources depuis de nombreuses années, qui affirme avoir pourtant prévenu la direction de cette problématique. Elle a aussi communiqué avec la Ville de Sainte-Thérèse.

«Déjà, en 2019, dit-elle, six frênes étaient irrécupérables. À ce moment là j’en avais fait part à la direction. À la suite d’une réunion, entre résidents et directeur, ce dernier nous a informé que ces arbres seraient coupés à l’automne. Rien n’a été fait. Aucun traitement pour sauver ceux qui auraient pu être sauvés. Résultat : ce printemps, ils sont morts».

On craint maintenant que les frênes de la rue Centaurée en soient à leur dernière saison.

«Ce qui veut dire que tous les arbres entourant la Résidence tant rue côte St-Louis que Centaurée seront morts», rage cette résidente qui a préféré garder l’anonymat.

Sécuriser les résidents en priorité

La direction du Sélection Jardin des Sources, questionnée à ce sujet, a indiqué être bien au fait de la situation et qu’elle travaille activement à la régler. La pandémie a toutefois ralenti le processus.

«Le remplacement des arbres est dans les plans. Ce l’est depuis avant le début de la pandémie, affirme le porte-parole du Jardin des Sources, Claude-André Mayrand. Cependant, poursuit-il, avec les circonstances que vous connaissez, la priorité a été accordée, ce printemps, à la sécurité de nos résidents et à l’application de mesures de prévention rigoureuses dans notre complexe afin d’éviter la propagation de la COVID-19 au cours des dernières semaines».

Le dossier des arbres «reviendra à l’agenda rapidement une fois que la crise sera passée», promet M. Mayrand.

À la Ville de Sainte-Thérèse, on affirme suivre attentivement ce dossier.

«Nous avons entamé une démarche avec le propriétaire de la résidence. Ce dernier est responsable des arbres mentionnés, et la Ville va s’assurer que la réglementation municipale en matière d’entretien/abattage et remplacement d’arbre en vigueur soit respectée», a d’ailleurs indiqué la directrice des communications de Sainte-Thérèse, Mélissa Collins, précisant qu’en ce qui concerne l’agrile du frêne, la Ville privilégie l’abattage des frênes atteints et fournit des plantules d’espèces plus résistantes en remplacement.

En forte progression au Québec, l’agrile du frêne fut détecté sur le territoire de la MRC de Thérèse-De Blainville en 2012-2013. Depuis, chaque ville de la MRC a entrepris plusieurs mesures préventives en vue de le combattre.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top