- PUBLICITÉ -
La MRC statue sur l’affectation de la forêt du Grand Coteau

La MRC statue sur l’affectation de la forêt du Grand Coteau

Lorraine

Les amis de la forêt du Grand Coteau, les propriétaires de lopins de terre qui la constituent et des intervenants politiques constituaient l’assistance de l’assemblée de la MRC de Thérèse-De Blainville, mercredi matin dernier, alors que le préfet Paul Larocque présentait le règlement amendant le Schéma d’aménagement et de développement 2005, afin de modifier l’affectation de la forêt du Grand Coteau sur le territoire de la Ville de Lorraine.

La Ville avait exprimé depuis 2004 son intention de conserver ce boisé bucolique et la demande de modification au plan d’aménagement avait été acceptée le 25 janvier 2010. Un avis de présentation du projet de règlement avait ensuite été dûment donné à la séance tenue le 31 mars 2010, ce qui nous mène aujourd’hui à ce nouveau règlement qui confirme la forêt dans son statut dit de conservation.

C’est donc une longue démarche d’abord citoyenne, puis politique, qui se concluait avec l’acceptation du règlement 10-02.

Du côté des propriétaires, qui ont vu leur terrain passé de résidentiel, en 1987, à celui de conservation, en 1991, le message était clair: «Expropriez-nous, ça va nous faire plaisir.»

Des doutes ont cependant été exprimés par l’ancienne conseillère Lyne Rémillard, qui fut de l’équipe Dalle-Vedove qui avait consenti à établir la réserve forestière, laquelle craignait que cette nouvelle réserve foncière ne comprenne pas la zone écologique la plus élevée, voisine du développement domiciliaire Châteaux de Brisach.

Il ne reste en fait qu’une cinquantaine de terrains résidentiels à bâtir à Lorraine et, selon le maire, ils sont tous déjà inclus au projet de construction en cours sur le chemin de Brisach.

Et le maire Ramez Ayoub de répondre à ces inquiétudes en alléguant qu’on ne veut pas redéfinir la forêt du Grand Coteau, ce qui veut dire que la réserve devrait s’étendre jusqu’au rang Saint-François. Mais Jean-Philippe Meloche, qui fut candidat contre l’équipe Ayoub aux récentes élections, rappelait que la loi prime sur les intentions, ce à quoi le maire répliquait que la réserve foncière est désormais plus solide. Lyne Rémillard rétorquait alors que la forêt est plus grande que la réserve.

Cette rencontre publique finalement close, le conseil de la MRC se réunissait pour entériner ledit règlement 10-02, le préfet Paul Larocque ayant préalablement conclu l’assemblée publique en disant: «On respecte la volonté des municipalités.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top