- PUBLICITÉ -
La ministre McKenna invite les jeunes à être «ambitieux» pour l’environnement

Photo Benoît Bilodeau

Et pourquoi pas un petit «selfie» au terme de leur passage à l’école Jean-Jacques-Rousseau? La ministre Catherine McKenna et la députée Linda Lapointe n’ont pu résister à la tentation.

Photo Benoît Bilodeau

La ministre Catherine McKenna et la députée Linda Lapointe se sont arrêtées à l’école Jean-Jacques-Rousseau pour écouter les questions d’élèves de 4e secondaire.

Photo Benoît Bilodeau

C’est à la cafétéria de l’école de Boisbriand que la rencontre a eu lieu.

Photo Benoît Bilodeau

Une douzaine d’élèves ont tenu à poser une question à la ministre McKenna.

Photo Benoît Bilodeau

Une photo qui rappellera certes de bons souvenirs…

La ministre McKenna invite les jeunes à être «ambitieux» pour l’environnement

De passage à l’école Jean-Jacques-Rousseau

«Soyez ambitieux pour votre environnement!» Voilà le message qu’a bien voulu laisser la ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, Catherine McKenna, venue rencontrer, le mardi 26 mars dernier, des élèves de l’école secondaire Jean-Jacques-Rousseau, à Boisbriand.

«Soyez ambitieux pour votre environnement!» Voilà le message qu’a bien voulu laisser la ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, Catherine McKenna, venue rencontrer, le mardi 26 mars dernier, des élèves de l’école secondaire Jean-Jacques-Rousseau, à Boisbriand.

En fait, c’est à quelque 150 élèves de 4e secondaire qu’elle s’est adressée et qu’elle a écoutés lors d’une période questions-réponses. Pour l’occasion, celle-ci était accompagnée de la députée fédérale de Rivière-des-Mille-Îles, Linda http://Lapointe, fort heureuse de pouvoir accueillir sa collègue libérale dans sa circonscription. La présidente de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), Paule Fortier, le conseiller municipal et président de la commission sur l’environnement de la Ville de Boisbriand, Jean-François Hecq, et le commissaire d‘école Antonio Ciarciaglino ont aussi tenu à être présents.

L’idée de cette rencontre est celle de Marc Laurin, enseignant en art dramatique et coordonnateur des activités à l’école Jean-Jacques-Rousseau. «Avec quelques élèves, nous sommes allés visiter le parlement à Ottawa cette année, ce qui nous a permis d’établir une communication avec le bureau de Mme http://Lapointe. On m’a ainsi fait part de la visite de la ministre McKenna et qu’elle souhaitait rencontrer les élèves. À la dernière minute, on s’est donc revirés de bord, et nous avons la chance et le privilège de les avoir avec nous aujourd’hui» , d’expliquer M. Laurin quelques instants avant que le tout débute.

Une ministre à l’écoute

«Je sais que vous avez à cœur l’environnement. Les changements climatiques sont réels et nous avons des solutions pour lutter contre. Vous avez des idées, vous savez que nous devons agir! Vous voulez que les adultes fassent plus, vous voulez faire partie de la solution. Vous savez que nous pouvons faire mieux, qu’on peut par exemple s’attaquer à la pollution plastique. Je suis ici pour vous écouter» , a dit d’entrée de jeu la ministre McKenna, invitant un élève à poser «la» première question.

Une fois lancée, la période de questions a été l’occasion pour une douzaine d’élèves d’aborder différents sujets, entre autres, comment faire pour renverser les changements climatiques, quel était le plan du gouvernement pour réduire l’exploitation des sables bitumineux, combien le gouvernement allait investir par année contre les changements climatiques, ce qu’elle pensait de la jeune écolo suédoise Greta Thunberg, de la pollution en Arctique, si le gouvernement investissait dans les énergies renouvelables, et même si la vapoteuse était nuisible à l’environnement. Une élève a même suggéré que la cafétéria de l’école change ses manières de faire.

Un comité sur l’environnement?

«Nous connaissons le problème; c’est un grand dossier. On doit travailler sur tous les enjeux, et pas un seul. Tout est lié. Il faut regarder cela dans son ensemble et travailler tous ensemble. Mais ce n’est pas seulement à moi, à Linda [http://Lapointe] ou au premier ministre à faire plus pour notre environnement, c’est à vous tous. Si j’ai une seule demande à vous formuler, c’est d’être ambitieux pour votre environnement et de demander à vos politiciens de faire plus» , a lancé la ministre McKenna.

Sa demande risque de ne pas tomber dans l’oubli puisque, déjà, l’enseignant Marc Laurin songe à la création d’un comité sur l’environnement qui pourrait voir le jour d’ici peu à l’école Jean-Jacques-Rousseau.

«Ça fait déjà un moment que les élèves se montrent soucieux pour leur environnement, qu’ils en parlent. Je pense que c’est un beau point de départ, aujourd’hui, pour le mettre sur pied. Il y a une volonté de la direction, des enseignants et, surtout, des élèves, et ça, c’est motivant» , d’indiquer, en guise de conclusion, M. Laurin.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top