- PUBLICITÉ -
La mairesse de Boisbriand assure qu’elle ignorait tout

La mairesse de Boisbriand

La mairesse de Boisbriand assure qu’elle ignorait tout

3 000$ empochés par Patrick Thifault

Visée par Michel Lalonde lors de son témoignage devant la commission Charbonneau, lundi, la mairesse Marlene Cordato réfute les allégations de ce dernier à l’effet que son parti aurait été financé par Genius durant la campagne électorale de 2009. L’argent aurait été versé par Genius à Patrick Thifault, pas à elle ni à son parti.

Mme Cordato affirme qu’elle ignorait tout de cette histoire, assurant que Michel Lalonde n’avait pas ses entrées à la mairie: «Ces ponts-là n’existent pas ici, à Boisbriand. On a voté une résolution au conseil pour que ça n’arrive pas.»

C’est du moins ce qu’a déclaré la mairesse, mardi après-midi, sur les ondes de 98,5. Mme Cordato s’est longuement expliquée sur la nouvelle brique qui vient de lui tomber sur la tête par l’entremise de Patrick Thifault, un membre de son équipe de la première heure.

La veille, le pdg de Genius avait déclaré à la juge Charbonneau que plusieurs maires de municipalités de la Couronne Nord, dont Boisbriand, avait reçu de l’argent de sa firme de génie-conseil pour financer leur campagne électorale en vue des élections municipales. Son rôle de bailleur de fonds semble même de notoriété publique dans les Basses-Laurentides et Lanaudière.

Dans le cas de Boisbriand, il dit avoir versé, en 2009, entre 15 000 et 20 000$ en argent comptant au parti de Marlene Cordato, à la demande de Patrick Thifault.

 La mairesse nie formellement avoir sollicité et reçu de l’argent de la part de la firme dirigée par Michel Lalonde. Son conseiller s’est toutefois montré moins scrupuleux qu’elle et a accepté 3 000 $ de Genius, qu’il a gardé pour lui. Mme Cordato affirme l’avoir rencontré et c’est ainsi qu’elle pris connaissance de la situation. «Il a admis qu’il a fait preuve d’un manque de jugement et il le regrette amèrement», a dit la mairesse, en entrevue.

 Il y a quelques jours, M. Thifault a rencontré les enquêteurs de la Commission Charbonneau pour donner sa version des faits, qui diffère de celle avancée par M. Lalonde. M. Thifault a admis avoir accepté, de façon personnelle, une somme de 3 000 $ de Michel Lalonde, alors président de l’Association des ingénieurs du Québec et ami personnel de longue date.

 Qu’il ait accepté l’argent sur une base personnelle inquiète toutefois Mme Cordato. «Ce n’était peut-être pas nécessairement le genre d’ami de qui il aurait dû accepter de l’argent», a fait remarquer la mairesse.

 «C’est extrêmement bouleversant. Ça ne fait pas partie de ma vision des choses. Je ne peux pas dire que je suis heureuse de la situation, loin de là, mais je dois y faire face. Je suis chef de parti et mairesse de la ville et je ne peux pas faire comme si ça ne s’était pas passé», a signalé Mme Cordato.

Celle-ci assure qu’elle aura sous peu une longue discussion avec Patrick Thifault. «Je ne peux pas excuser M. Thifault; il a commis une erreur de jugement. À titre de chef du parti, je ne peux pas me disjoindre de M. Thifault, mais je peux condamner ses actions. Je verrai à rencontrer M. Thifault pour régler cette regrettable situation», a ajouté en fin de journée Mme Cordato, par voie de communiqué.

 Cette dernière a confirmé que Michel Lalonde avait obtenu plusieurs contrats de la Ville de Boisbriand, avant 2005, mais seulement trois sous son règne, dont un qui devra être repris par la firme de génie-conseil.

«À mon avis, on portera toujours plus d’attention aux faits et gestes de Boisbriand, car c’est ici qu’ont d’abord été relevés les actes de corruption menant aux enquêtes et à la Commission Charbonneau. Je suis heureuse des résultats, mais je suis aussi consciente que malgré toutes nos orientations de transparence, la Ville portera toujours un lourd fardeau. Notre cas a porté un sévère coup à la corruption dans le monde municipal. Je pense que les entrepreneurs et firmes d’ingénieurs ne seront jamais tendres dans leurs propos à l’égard de notre ville et de mon administration», a signalé la mairesse de Boisbriand.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top