- PUBLICITÉ -

Sur la photo, de gauche à droite: Gilles Durand, directeur général, Fondation André-Boudreau; Jocelyne Cazin, porte-parole de la Fondation André-Boudreau; Nadia Dahman, présidente du conseil d’administration de la Fondation André-Boudreau; Mario Cianci, directeur, programme jeunesse, CISSS des Laurentides

La Fondation André Boudreau au cœur du bien-être des jeunes

La Fondation, plus que jamais au cœur du bien-être des jeunes aux prises avec des problèmes de dépendance.

À l’occasion de l’événement de rencontre avec les partenaires et les donateurs de la Fondation André-Boudreau, tenu à la Vieille Gare de Saint-Jérôme, la présidente de la Fondation,  Nadia Dahman, a présenté aux distingués invités les projets et les nouvelles orientations de la Fondation dans le cadre d’un partenariat innovateur avec le CISSS des Laurentides.

Elle était accompagnée de la porte-parole de la Fondation,  Jocelyne Cazin, ainsi que du directeur programme jeunesse du CISSS des Laurentides,  Mario Cianci ainsi que de  Gilles Durand, directeur général de la Fondation. « Acteurs, donateurs et partenaires de la Fondation sont ravis à l’idée que les investissements en temps et en ressources financières permettront de soutenir les programmes offerts aux jeunes par le CISSS des Laurentides de même qu’appuyer la mise en œuvre de pratiques innovantes d’intervention, dont les premiers à en ressentir les bienfaits seront les jeunes eux-mêmes », s’est félicitée d’emblée Mme Dahman.

Rappelons que la Fondation a été mise sur pieds en 2009 pour doter la région des Laurentides d’une maison de réadaptation en dépendance pour des jeunes nécessitants des services spécialisés d’hébergement.

Dans la foulée de la récente réorganisation régionale des services de santé et de services sociaux, l’espace tant attendu est à présent rendu disponible par le CISSS des Laurentides. Ainsi, la Fondation peut répondre à d’autres défis rencontrés par les acteurs du terrain.« Nous pourrons doter l’unité de toxicomanie d’une programmation à la fine pointe des connaissances et des meilleures pratiques. Bientôt, grâce à la Fondation, c’est toute une équipe clinique qui sera formée et mieux outillée pour répondre aux besoins des jeunes des Laurentides », se félicite Mario Cianci. « Qui plus est, les sommes amassées et investies par la Fondation rendront possible la tenue d’activités de défi à caractère soit sportif ou artistique dans le processus de traitement, par exemple le projet Adrénaline, un programme basé, entre autres, sur des activités de plein air ayant pour principale cible le développement de leur bien-être et de leur compétence personnelle, afin que, comme le dit son slogan, « le défi remplace l’ennui ». L’avenir appartient aux jeunes, ils sont importants.

La vision que nous portions au moment de la création de la Fondation et celle que nous dévoilons aujourd’hui s’inscrit dans une lignée commune, qui a gagné le cœur de bien des gens des Laurentides : devenir une véritable plaque tournante de connaissances et de vécues partagés, un endroit où les jeunes, les parents ainsi que toutes les forces vives de notre communauté intéressées à suivre de près l’évolution des différentes problématiques peuvent s’unir et agir », applaudit Gilles Durand.

« Nous devons nous réjouir de pouvoir compter sur les intervenants du Centre de réadaptation en dépendances Laurentides, le Centre André-Boudreau et les acteurs de sa Fondation pour sensibiliser et répondre aux méfaits de l’abus et la dépendance à l’alcool, aux drogues, aux médicaments pris sans ordonnances et au jeu chez nos jeunes », se réjouit en conclusion Jocelyne Cazin.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top