- PUBLICITÉ -
La CSN solidaire des étudiants

C’est en présence de Charles-André Thériault

La CSN solidaire des étudiants

En marge de la Fête internationale des travailleurs et travailleuses, le 1er mai dernier, les membres des syndicats de la CSN ont été invités à porter le carré rouge, en appui à la lutte étudiante, et à tenir des piquets de grève symboliques, à l’extérieur des lieux de travail, sur l’heure du dîner. 

Profitant de la tribune, la présidente du Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides CSN, Louise Jetté, a pour sa part émis le souhait d’une sortie de crise négociée. «C’est tout simplement impossible de régler un conflit si les parties ne se parlent pas. De toute évidence, cette vérité de La Palice s’applique à l’actuel conflit entre les étudiants et le gouvernement du Québec. La grève en est maintenant à sa 12e semaine. Nous réitérons notre appel au gouvernement, à l’instar de nombreuses personnalités et de divers groupes, de s’investir dans une réelle négociation avec l’ensemble des associations étudiantes. Ce sera la seule façon de dénouer ce conflit», a-t-elle déclaré.

Poursuivant, Mme Jetté a souligné le fait que le conflit avec les étudiants n’a cessé de s’envenimer, menant le Québec à une crise sociale. «Le gouvernement doit démontrer plus d’ouverture. Au-delà de l’argent, les étudiants posent la question fondamentale de l’accessibilité à tous aux études supérieures. Ils souhaitent débattre avec lui des modalités qui permettraient à la fois d’assurer le financement essentiel des universités pour qu’elles remplissent leur mission, mais aussi le droit à l’éducation pour nous. Je crois qu’il faut cesser les ultimatums, les écouter et trouver une solution négociée. Il faut prendre ces jeunes citoyens au sérieux», a-t-elle conclu.

Fondée en 1921, la CSN regroupe aujourd’hui plus de 300 000 membres, répartis dans les secteurs public et privé. 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top