- PUBLICITÉ -
La campagne dans Groulx: laïcité et soutien aux organismes

Claude Surprenant

La campagne dans Groulx: laïcité et soutien aux organismes

Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans Groulx, Claude Surprenant, entend promouvoir une augmentation de l’aide gouvernementale aux organismes sociocommunautaires, advenant son élection le 7 avril.

Les organismes qu’il a rencontrés se sont d’ailleurs plaints, dit‑il, que l’aide gouvernementale ne suivait pas la courbe de la croissance démographique. Résultat: «La méthode de calcul du financement gouvernemental pour les organismes est établie selon des données démographiques datant de 1996», relève le candidat.

Or, ce dernier dit partager les soucis des organismes qui, dans ces conditions, peinent à remplir leur mission. Il cite les cas du Carrefour jeunesse-emploi (intégration et maintien des jeunes en emploi), du Resto Pop Thérèse-De Blainville (qui offre des repas à prix modique aux gens dans le besoin et œuvre à prévenir l’itinérance) et de la SODET-CLD (qui œuvre à la promotion et au développement économique de la MRC).

Dans le cas du Resto Pop, M. Surprenant signale que l’organisme lui a mentionné que le non-renouvellement d’une subvention serait de nature à lui imposer d’envisager la fermeture de son service d’hébergement pour de courts séjours.

Quant à la SODET, le candidat caquiste estime que les emplois créés ici et les entreprises qui voient le jour sur notre territoire ont droit au même traitement que celui accordé aux autres régions. «Il est urgent d’injecter de l’argent frais pour nos organismes, comme il sera tout aussi important d’alléger la paperasse et les exigences auxquelles les organismes sont confrontés», pense M. Surprenant.

Laïcité

De son côté, la candidate du parti québécois, Martine Desjardins, est revenue sur un enjeu quelque peu délaissé, dans cette campagne, la Charte de la laïcité, que seul son parti, dit‑elle, s’est engagé à adopter.

«La Charte affirme nos valeurs comme l’égalité entre les femmes et les hommes et la neutralité religieuse de nos institutions. Elle balise les demandes d’accommodement et interdit le port de signes religieux pour les employés de l’État. Bref, la Charte définit le Québec dans lequel nous voulons vivre», propose Mme Desjardins.

Bien que Québec solidaire et la CAQ adhèrent avec réserve au projet du PQ, Martine Desjardins signale qu’il en est tout autrement du PLQ dont le chef, Philippe Couillard, s’est engagé à déchirer la Charte.

«Qu’en est-il des autres partis? Accepteront-ils de donner leur consentement pour que la commission parlementaire sur la Charte reprenne ses travaux là où nous les avons laissés?» s’interroge la candidate.

Pour cette dernière, l’adoption d’une telle charte, qui balisera les demandes d’accommodement et interdira le port de signes religieux pour les employés de l’État, est nécessaire pour assurer la cohésion et la paix sociales.

«La seule façon d’assurer l’adoption de la Charte, c’est d’élire un gouvernement majoritaire du Parti québécois», termine Martine Desjardins.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top