- PUBLICITÉ -
Journée internationale des femmes: la laïcité au menu

Nicole Dallaire

Journée internationale des femmes: la laïcité au menu

Après des années de lutte pour établir l’égalité entre les sexes, les groupes féministes se heurtent, en 2013, à l’arrivée massive de femmes immigrantes dont l’aspect vestimentaire remet en question les gains du passé.

Le Centre Rayons de femmes Thérèse-De Blainville entend donc profiter de la Journée internationale des femmes pour inviter les femmes à débattre sur la laïcité en présence de panélistes reconnues.

À l’occasion de cette journée spéciale, qui se tiendra le 10 mars (et non le 8), au Centre culturel et communautaire Thérèse de Blainville, la professeure Louise Mailloux, l’auteure Djemila Benhabib, la représentante du Conseil du statut de la femme, Josée Camara, et l’anthropologue Daniel Baril aborderont la situation actuelle de la laïcité dans le monde, ses aspects juridiques et aussi son impact sur les femmes à partir du thème La laïcité au Québec, quel avenir?

Les participantes seront accueillies dès 10 h 30 par la présidente du Centre Rayons de femmes, Nicole Dallaire, et la présidente d’honneur, la Dre Rosemonde Mandeville, connue comme présidente et chef de la direction scientifique de Biophage Pharma, qui élaboreront sur la thématique Le féminisme? Plus actuel que jamais.

Micheline Gauthier, la coordonnatrice du Centre, rendra ensuite hommage à une féministe dont l’engagement envers les femmes de la région mérite d’être souligné. Qui? Motus et bouche cousue, c’est un secret que l’on compte garder jusqu’au 10 mars.

Après le buffet du midi, les participantes pourront assister à la table ronde animée par l’anthropologue Michèle Sirois, qui sera suivie d’un échange avec les panélistes.

Pour les organisatrices, cette journée représente un moment privilégié pour dresser des bilans, réfléchir en groupe et se mobiliser sur des objectifs n’ayant pas encore été atteints. «C’est donc plus qu’un symbole et, dans un contexte de transformations, d’instabilité et de remises en question de nos acquis, il conserve encore toute sa pertinence», fait remarquer Pierrette Gratton, la présidente de l’Association des retraités en enseignement du Québec, qui est aussi membre de la Coalition locale de la Marche mondiale des femmes.

Soulignons au passage que Louise Mailloux est l’auteure de La laïcité, ça s’impose!, paru en 2011. Mme Benhahib, quant à elle, a défrayé les manchettes des journaux lorsqu’elle a été candidate pour le PQ, aux dernières élections provinciales, et qu’elle a été la cible de commentaires racistes du maire de Saguenay, Jean Tremblay.

Seul homme parmi une liste d’invités essentiellement féminine, l’anthropologue Daniel Baril prône pour sa part la laïcité et a produit un mémoire intitulé L’approche judiciaire européenne de la gestion des accommodements religieux.

Très active auprès des groupes féministes de la région des Basses-Laurentides et Lanaudière, la sociologue Josée Camara profitera de sa tribune pour présenter la vision et les recommandations du Conseil du statut de la femme sur la laïcité.

Les personnes intéressées à assister à la journée doivent réserver leur place auprès de Carmen Ciccone ou de Danielle Bellange, au 450-437-0890. Le billet, incluant le brunch et la table ronde, est vendu au coût de 20 $.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top