- PUBLICITÉ -
Johanne Théorêt dans Marc-Aurèle-Fortin

Photo Michel Chartrand Le Parti conservateur compte sur Johanne Théorêt pour le représenter dans le comté de Marc-Aurèle-Fortin.

Johanne Théorêt dans Marc-Aurèle-Fortin

Parti conservateur

On connaît désormais le nom de la personne qui sera candidate sous la bannière conservatrice dans le comté de Marc-Aurèle-Fortin pourla présence campagne fédérale. Il s’agit de Johanne Théorêt, une résidente de Laval-Ouest.

Pour son premier point de presse de la campagne, une semaine après le déclenchement de l’élection, Johanne Théorêt était entourée du président du comté de Marc-Aurèle-Fortin pour le parti conservateur, Jean-Claude Brisebois, de même qu’une poignée d’organisateur conservateur des Basses-Laurentides.

Selon les informations dévoilées lors du point de presse concernant Johanne Théorêt, il semble qu’elle milite pour le parti conservateur depuis 2006 dans le comté de Rivière-des-Mille-îles.

La candidate ne réside pas dans le comté où elle se présente, mais dans le secteur de Laval-Ouest. Du bout des lèvres, elle a mentionné qu’elle œuvrait titre de travailleuse autonome dans le secteur de la vente de cosmétiques pour la Maison Amico, depuis 14 ans.

Interrogée sur ses motivations à se porter candidate conservatrice, Johanne Théorêt a indiqué qu’elle endossait les valeurs défendues par le Parti de Stephen Harper, et ce, tant au niveau de l’économie qu’au chapitre des valeurs sociales.

«Je me présente parce que, pour être capable de changer les choses et améliorer nos conditions sociales, il faut s’engager dans notre communauté. Ce n’est pas en restant assis à regarder passer le train ou en demeurant constamment dans l’oppositio,n avec un parti qui ne pourra jamais prendre le pouvoir, que l’on peut concrétiser des projets», insiste la candidate, visiblement nerveuse pour son premier point de presse.

Pour sa première sortie, la candidate a attaqué de front les actions et le bilan des députés bloquistes. Selon elle, les Québécois ne gagnent pas à voter pour un parti qui aspire à occuper les banquettes de l’opposition. «C’est évident que le Bloc québécois ne nous mène à rien, et par le fait même, entrave le développement de notre communauté. Le Québec ne doit pas demeurer en marge du reste du Canada en étant sous-représenté à Ottawa. La meilleure façon de défendre les intérêts du Québec, c’est d’être présent à la table des négociations», a-t-elle conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top