- PUBLICITÉ -
Élections fédérales 2021, Élections fédérales Mirabel, Jean-Denis Garon, Bloc québécois, Yves-François Blanchet, Journal infos Mirabel

Le candidat du Bloc québécois Jean-Denis Garon et son chef Yves-François Blanchet.

Jean-Denis Garon veut faire respecter les droits du Québec

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet a ramené sur l’enjeu de la laïcité de l’État, la semaine dernière, juste avant le début des débats télévisés en français. Pour le Bloc, il est évident que le Québec doit s’affirmer dans ce qu’il est et dans ce qu’il désire face au gouvernement fédéral. Le candidat dans Mirabel, Jean-Denis Garon, estime que la laïcité est au cœur même de l’identité québécoise.

Lors d’un point de presse effectué à Sherbrooke la semaine dernière, M. Blanchet a demandé aux différents partis de s’engager à ne pas contester la loi sur la laïcité de l’État du Québec, adoptée en juin 2019. La Loi 21, qui interdit le port de signes religieux par les employés de l’État, a suscité son lot de controverse au Québec, mais surtout ailleurs au Canada.

« La laïcité, ça ne revient pas que pendant cette campagne, ça revient tout le temps, a expliqué M. Garon, qui continue de faire campagne dans Mirabel. On parlait de déconfessionnaliser les écoles dans les années 90, alors que j’étais à l’école primaire. On a enlevé les cours de religieux lorsque j’étais au secondaire. On parlait des accommodements raisonnables en 2006 et 2007. Aujourd’hui, on parle de la Loi 21. »

Selon l’économiste, la laïcité de l’État est dans l’ADN identitaire des Québécois. À son avis, ça n’a rien de surprenant que ce débat revienne dans l’actuelle campagne, car c’est un sujet qui s’impose par lui-même au quotidien dans la vie démocratique québécoise.

D’après le candidat du Bloc, son parti est le seul au fédéral qui n’est pas en contradiction entre ce qu’il dit et ce qu’il fait. Par exemple, M. Garon rappelle que la Chambre a déjà reconnu symboliquement que le Québec était une nation. « Sauf que nous, ce qu’on trouve inacceptable, c’est que le gouvernement fédéral vienne financer des contestations des lois québécoises [comme c’est le cas lors de financement d’organismes opposés à la Loi 21]. C’est clair que M. Trudeau à de la difficulté à se retenir » a-t-il ajouté.

Pour M. Garon, le débat va bien au-delà de la laïcité, mais concerne aussi l’interférence du Canada dans les affaires et la volonté des Québécois.

La tournée se poursuit!

Le candidat bloquiste poursuit ses efforts de campagnes en continuant d’aller à la rencontre des électeurs. « Je veux souligner à quel point les gens sont réceptifs à nos idées, ils sont contents de nous voir, ils comprennent l’importance du Bloc québécois à Ottawa. Je le sens. »

Au cours de la dernière semaine, M. Garon et son équipe ont mis l’accent sur l’environnement et l’économie, en plus de visiter plusieurs entreprises d’économies sociales, « qui sont très importantes pour le tissu social de la grande circonscription de Mirabel », a-t-il précisé.

Il a notamment été au Carrefour jeunesse emploi, à Saint-Janvier, à la Chambre de commerce et d’industrie de Deux-Montagnes et chez Recyc-Dons, à Sainte-Anne-des-Plaines, qui est une entreprise d’insertion et de réinsertion qui valorise la réutilisation et le reconditionnement des biens. « Très sérieusement, je suis sorti de là ému. J’ai été réellement touché de voir une entreprise qui est profondément humaine. C’est une entreprise qui valorise chacune des capacités de chaque être humain. Ça m’a pris du temps à m’en remettre tellement j’ai été ému qu’on aille une entreprise comme ça dans le comté. »

M.Garon continue de sillonner la circonscription de Mirabel en vue des élections du 20 septembre prochain.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top