- PUBLICITÉ -

Photo Facebook: Une photo qui témoigne de l’ampleur des dégâts.

Inondations 2017: Boisbriand déploie son plan de mesures d’urgence

La Ville de Boisbriand a déployé son plan de mesures d’urgence le dimanche 7 mai, et ce, même si tous ses effectifs étaient en place et en marche depuis de nombreuses heures. Il faut savoir que depuis deux semaines déjà, les résidants situés au sud de Grande-Côte avaient reçu la consigne de rester attentifs au changement de la rivière et de monter, de façon préventive, leurs objets à l’étage.

La situation a commencé à s’aggraver le vendredi 5 mai, alors que les équipes en veille se sont mises en mode préparatoire.

«Nous n’avons pas décrété le Plan de mesures d’urgence, mais nous avons agi comme tel, a souligné la mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato. Lorsque nous avons constaté l’évolution et la montée des eaux, nous l’avons déclenché dimanche matin.»

Les forces opérationnelles de la Ville, incluant les services Incendie et des Travaux publics, ainsi que les policiers de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville ont donc assuré, aux citoyens durement touchés par les inondations, la sécurité nécessaire, incluant l’évacuation des lieux pour certains d’entre eux.

90 maisons

Environ 90 maisons ont été touchées par les inondations en bordure de la rivière des Mille Îles, soit sur les rues suivantes: avenue des Mille-Îles; Terrasse Robert; Terrasse Fillion; Principale; Collin; 1re Avenue; 2e Avenue; 3e Avenue; 4e Avenue; 9e Avenue; Carré Dubois; et Pothier.

«Les secteurs de Terrasse Robert et avenue des Mille-Îles ont été plus touchés que les autres en raison du niveau de la rue qui est plus bas. Plusieurs résidants vivent là-bas depuis 30, 40 ou même 50 ans, et le fait d’avoir eu à abandonner leur résidence a été très déchirant pour eux», confie Mme Cordato.

Au total, ce sont cinq personnes qui ont dû être évacuées.

Avis d’évacuation

Par mesure préventive, la Ville de Boisbriand avait émis, le 7 mai, un avis d’évacuation puisque les risques associés à la montée du niveau de l’eau comportaient certains dangers, dont l’accès à la rue non sécuritaire; la contamination de l’eau potable par les égouts ou les fosses septiques; l’impossibilité d’évacuer l’eau de la toilette; les dommages à la maison et aux bâtiments accessoires; et le danger d’incendie. Soulignons qu’un centre d’accueil a également été mis sur pied à la Maison du citoyen (955, boulevard de la Grande-Allée) pour venir en aide aux personnes sinistrées.

Les prochaines semaines risquent donc d’être très occupées tant pour la Ville que pour les demeures inondées, puisqu’il faudra accompagner les propriétaires dans leur projet de reconstruction ou rénovation.

Envoi de drones

Le lundi 8 mai, la Ville de Boisbriand a fait appel à l’équipe Hexwing inc., une compagnie spécialisée dans la captation aérienne par drone. Munis d’un DJI Inspire 2 et d’un DJI Phantom 4, les deux pilotes ont survolé les zones inondées pendant la matinée.

«Cette opération avait pour but de nous documenter, car nous voulions savoir comment l’eau se comporte et aussi, jusqu’où elle va. Ce sont des documents qui nous serviront pour l’avenir», explique la mairesse de Boisbriand.

Rappelons que de nombreuses villes de la MRC de Deux-Montagnes ont été durement frappées par la crue des eaux. La Municipalité d’Oka a dû faire appel à l’Armée canadienne qui est arrivée en renfort dimanche en fin de journée.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top