- PUBLICITÉ -
«Il faut dénoncer l’injustice de l’assurance emploi»— Diane Bourgeois

Diane Bourgeois

«Il faut dénoncer l’injustice de l’assurance emploi»— Diane Bourgeois

Rentrée parlementaire à Ottawa

La rentrée parlementaire à la Chambre des communes s’est effectuée sous le signe de l’incertitude. En début de session, l’ensemble des députés de toutes les formations politiques fédérales a eu à se prononcer sur deux grands dossiers: le maintien du registre des armes à feu et un vote de confiance contre le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Des votes qui ont connu des résultats positifs.

Au chapitre du maintien du registre des armes à feu, la députée bloquiste de Terrebonne-Blainville, Diane Bourgeois, s’est dite satisfaite du résultat. «J’étais très fière de voter pour le maintien du registre des armes à feu. À titre de députée des électeurs de Terrebonne-Blainville, mais également à titre de femme. C’est avant tout un geste de solidarité contre la violence», dit-elle.

Rappelons que le gouvernement conservateur a tenté à plusieurs reprises de mettre fin au registre des armes à feu au Canada. En septembre, lors du retour des députés à la Chambre des communes, il a fallu le vote de l’ensemble des députés de l’opposition pour contrer l’offensive conservatrice. «Au Bloc québécois, on s’est toujours tenu debout pour défendre le maintien du registre des armes à feu avec beaucoup de conviction», explique la députée de Terrebonne-Blainville.

Est-ce que le désir de vouloir fermer le registre des armes à feu s’est éteint pour autant chez les conservateurs? «Non. Ils vont revenir à la charge d’une autre façon. Personnellement, je trouve ça pénible qu’il faille se battre pour une simple question idéologique», dénonce Diane Bourgeois.

Parmi les dossiers jugés prioritaires en cette rentrée parlementaire, la députée de Terrebonne-Blainville a ciblé l’assurance emploi. «Nous avons subi une défaite crève-cœur en Chambre, la semaine dernière, lors du vote sur le projet de loi C-308 qui proposait une bonification globale du régime d’assurance emploi. On y proposait, entre autres, l’établissement d’un seuil d’admissibilité uniforme à 360 heures ainsi qu’une hausse des taux de prestations de 55 % à 60 % du salaire gagné. À notre grand désespoir, 22 députés libéraux, le chef inclus, ont quitté la Chambre. Les autres députés libéraux, de même que tout le caucus conservateur, ont voté contre le projet de loi. Ils ont abandonné les travailleurs», d’expliquer Diane Bourgeois.

Un autre projet de loi qui attire l’attention des bloquistes est l’adoption de la loi C-12. «Si le projet de loi C-12 est accepté, la loi diminuera le poids politique du Québec à la Chambre des communes. Notre nation ne représentera plus que 22 % des députés de la Chambre. Additionnons à cela la volonté de créer une commission des valeurs mobilières uniques pancanadiennes et le refus d’éliminer le pouvoir fédéral de dépenser, il est évident que le gouvernement tente de marginaliser le Québec», d’affirmer la députée de Terrebonne-Blainville.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top