- PUBLICITÉ -
Hôpital de Saint-Eustache: de nouvelles omnipraticiennes pour les futures mamans et nouveau-nés

Le CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes a accueilli quatre nouvelles omnipraticiennes au sein de son équipe oeuvrant à l’Hôpital de Saint-Eustache.

Hôpital de Saint-Eustache: de nouvelles omnipraticiennes pour les futures mamans et nouveau-nés

Vous attendez un bébé? Vous recherchez un médecin pour votre enfant? Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Lac-des-Deux-Montagnes a accueilli, d’août 2011 à janvier dernier, quatre nouvelles omnipraticiennes au sein de son équipe oeuvrant à l’Hôpital de Saint-Eustache.

Au total, 11 médecins peuvent donc prendre de nouvelles patientes pour effectuer des suivis prénataux et postnataux, ainsi que des accouchements. Cela illustre bien le renouvellement de l’équipe déjà dynamique, souligne la gynécologue Sarah Dostie, chef du département d’obstétrique-gynécologie. Deux autres omnipraticiens devraient s’y ajouter à l’automne.

Le chef du service d’obstétrique, Mario D’Annunzio, qui a pratiqué près de 12 000 accouchements jusqu’à, présent au cours de sa carrière, fait toutefois remarquer que l’équipe n’arrivera pas à répondre à la demande malgré tout. En effet, selon la Fédération des omnipraticiens du Québec, il en faudrait 135 autres pour la région des Laurentides seulement.

Avec l’arrivée de ces collègues, ce médecin de famille, qui a dédié sa carrière à faire des suivis de grossesse, des accouchements et des soins mère-bébé, n’entend pas prendre sa retraite bientôt. «J’ai encore le goût de continuer. J’aime ça. Je suis conscient que la vie va peut-être me rattraper, mais je n’ai pas de projet de retraite pour l’instant», assure-t-il.

Qui sont-elles?

Toutes omnipraticiennes nouvellement diplômées, elles ont choisi l’Hôpital de Saint-Eustache pour la chimie opérant entre les membres du personnel. La Dre Annie Lacombe est tombée sous le charme de l’établissement en développement. Les docteures Amélie St‑Cyr et Sophie Richard ont aimé la façon dont l’unité des naissances fonctionne. C’est-à-dire qu’elles travaillent en première ligne en salle d’accouchement. Si la situation le commande, les gynécologues arrivent, en deuxième ligne, pour les cas plus complexes, en collaboration avec les omnipraticiennes.

Quant à la Dre Josiane Ouellette, elle souhaitait venir travailler dans sa région, elle qui est originaire de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. «On ne sent pas la hiérarchisation comme ailleurs. C’est remarquable», souligne-t-elle. Cette façon de faire est attribuable à l’adoption de l’approche multidisciplinaire prévention des risques obstétricaux (AMPRO). «La relation entre médecins que l’on constate ici, on ne voit pas ça ailleurs», confirme la gynécologue Sarah Dostie.

La chef de l’unité des naissances et pédiatrique, Luce Pelletier, ajoute que la peinture de l’unité a été rafraîchie et qu’un agrandissement est à prévoir.

Où téléphoner pour votre suivi de grossesse?

Les futures mamans ont tendance à téléphoner pour leur suivi de grossesse lorsqu’elles sont déjà enceintes de 11 semaines. Il vaut mieux appeler d’avance pour obtenir son premier rendez-vous entre la 10e et la 12e semaine de grossesse. Les rendez-vous sont planifiés un ou deux mois d’avance, souligne la Dre Dostie.

Les futures mamans peuvent consulter le site [www.moncsss.com] pour connaître les coordonnées des omnipraticiens. Certains médecins n’effectuent que du suivi de grossesse tandis que d’autres font également du suivi après l’accouchement. À titre d’exemple, les docteures Annie Lacombe et Amélie St-Cyr prennent des patients âgés de moins de 18 ans.

Les quelque 80 cliniques et CLSC de la région, ainsi que la ligne Info-Santé peuvent diriger les patientes vers les bonnes ressources. «Nous voulons faciliter la vie des futures mamans parce que c’est décourageant de devoir appeler dans toutes les cliniques», convient la Dre Dostie.

L’unité des naissances de l’Hôpital de Saint-Eustache voit naître environ 1 500 bébés chaque année. En 2013, on estime que 1 800 nouveau-nés y verront le jour pour atteindre le nombre de 2 200 d’ici quelques années.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top