- PUBLICITÉ -
Hommage à André Poirier

Photo Yves Déry:

Hommage à André Poirier

Le DG du CSSS Thérèse-De Blainville quitte pour la retraite

Le départ à la retraite du directeur général du CSSS de Thérèse-De Blainville, André Poirier, avait déjà été annoncé. Le 21 juin dernier, Robert Dean, président du conseil d’administration, lui a rendu hommage devant quelques employés, cadres et membres de la presse.

Après ses 17 années comme directeur général du CSSS et quelque 35 années au service du réseau de la santé et des services sociaux, c’est une retraite bien méritée pour l’homme d’action, a-t-on statué. «C’est un évènement triste et heureux à la fois. On perd un vaillant soldat, mais pour André, après une vie bien remplie, il peut maintenant choisir ce qu’il veut faire. Il y a bien du monde qui ont un œil sur lui», de commenter Robert Dean.

M. Dean a poursuivi en détaillant le parcours de l’homme, expliquant qu’André Poirier s’est démarqué par son implication et son engagement dans le milieu, reconnu pour son leadership visionnaire, mais également sa capacité de mobilisation et l’accent qu’il a mis sur le développement de la relève cadre.

Parmi les nombreuses réalisations d’André Poirier durant sa carrière, notons la construction d’un CHSLD (Centre Hubert-Maisonneuve), celui du nouveau CLSC autofinancé, la régionalisation du service d’Info-Santé des Laurentides situé à Sainte-Thérèse, le déploiement de l’approche milieu de vie en centre d’hébergement et le respect de l’équilibre budgétaire – qui ne l’a pas empêché de développer les services malgré les moyens limités. M. Poirier ajoutait, à l’annonce de ce dernier point: «On se tire d’affaire très bien; on est très efficaces malgré le sous-financement.»

De plus, le CSSS, avec trois autres établissements du réseau de la santé et des services sociaux, a été retenu en vue de l’obtention de la certification de la norme «Entreprise en santé» qui prend en compte les saines habitudes de vie adoptées par les employés. M. Poirier est également à l’origine du développement de formations pour les directeurs généraux et les directeurs généraux adjoints. La personne qui doit le remplacer est justement issue de ces formations.

Très peu de détails ont été dévoilés en ce qui concerne la relève de M. Poirier, sauf qu’elle provient du CSSS de Laval, qu’il s’agit d’une femme et que sa présentation officielle se fera à la mi-août. M. Dean explique également qu’elle demeure sur le territoire et qu’elle a décidé de prendre le poste de direction générale par conviction, en délaissant des offres plus prestigieuses, comme l’avait fait M. Poirier à l’époque.

M. Dean termine son hommage en expliquant comment il a vécu son partenariat avec le directeur général et en expliquant qu’il existe un équilibre délicat entre sa position de président du conseil d’administration et le directeur général du CSSS. Grâce à sa capacité de défendre son territoire, André Poirier a su contenir les passions de Robert Dean. «On a formé un excellent tandem, explique M. Dean. André, c’est comme une boîte à surprises. Quand on dépasse le fonctionnaire, on trouve un gars passionné. Il aurait pu être administrateur d’un grand hôpital, mais il a choisi les services de première ligne». Voilà qui, manifestement, a attiré le respect de l’ancien syndicaliste.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top