- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Hausse de 1,96 % en 2014: Sainte-Anne-des-Plaines réussit son pari

Le maire de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, a réussi son pari en déposant un budget qui, malgré les embûches, témoigne d’une augmentation de la richesse foncière, doublée d’une diminution de l’effort fiscal des contribuables.

«Comme promis, nous sommes déterminés à continuer dans le même sens en contrôlant les dépenses, tout en investissant dans un milieu de vie de qualité pour notre communauté. Et quoique le gouvernement du Québec nous ait coupé près de 600 000 $ dans nos remboursements de TVQ, après plusieurs coupures et compressions dans nos activités, nous avons fait assez d’acrobaties pour vous présenter un compte de taxes assez près du taux d’inflation», a‑t‑il déclaré.

Le taux de taxe résidentielle de 0,866 % l’an dernier passera ainsi à 0,883 % en 2014, ce qui représente une augmentation de 1,96 % alors que le taux commercial passera de 1,840 % à 1,877 %. «Ainsi, une maison unifamiliale d’une valeur de 300 000 $ subira une augmentation de taxes de 51 $, soit de 4,25 $ par mois», a indiqué le maire.

Le taux industriel demeure le même, à 1,950 %, alors que les terrains vagues desservis seront désormais assujettis à une taxe spécifique à hauteur de 1,299 %, une augmentation substantielle (50 %) qui se veut aussi une incitation à construire.

Pour les services sujets à une tarification, la taxe d’eau baisse de 10 $, pour s’établir à 197 $, alors que la taxe des eaux usées et celle pour le contrôle des insectes piqueurs, comme celle du recyclage et des ordures, demeurent inchangées. Chaque logement paiera donc 10 $ de moins que l’an dernier pour les taxes de service, réduisant d’autant l’augmentation réelle du compte de taxes.

Budget 2014

C’est donc un budget de 19 154 200 $ qui a été présenté, dont 14 155 600 $ proviennent de la taxation des contribuables. Le montant des dépenses de fonctionnement se chiffre pour sa part à 16 662 600 $. Les dépenses les plus importantes demeurent la sécurité publique (4 313 900 $), le transport (3 261 900 $), les loisirs et la culture (2 775 900 $) et l’hygiène du milieu (2 490 800 $).

Soulignons par ailleurs que l’indice d’effort fiscal demandé aux citoyens est passé de 116 % en 2010, à 110 % en 2013. En ce qui a trait à la dette à long terme, elle s’élèvera, au 31 décembre 2013, selon les estimations, à 31 338 100 $.

Enfin, au chapitre des projets qui retiendront l’attention en 2014, mentionnons la construction d’une nouvelle caserne de pompiers, l’agrandissement de la bibliothèque, la construction du chalet au parc des Saisons, l’aménagement du parc Racine, la réfection de l’hôtel de ville (phase II) et le réaménagement de l’ancienne caserne de pompiers. S’ajouteront à cela plusieurs réfections de plusieurs routes et l’ajout de feux de circulation sur le chemin Gibson.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top