- PUBLICITÉ -
Gouvernance et éthique: Blainville certifiée IGO

Le maire François Cantin en compagnie du président d’Intangible Gouvernance

Gouvernance et éthique: Blainville certifiée IGO

La Ville de Blainville est désormais certifiée IGO URBIS selon des normes internationales en termes de gouvernance, d’éthique et de transparence.

Cette certification résulte d’un projet-pilote débuté à l’automne 2011 et mené par la firme Intangible Gouvernance. «À l’époque, nous avions lancé l’invitation à plusieurs municipalités. C’est celle de Blainville qui a répondu avec le plus d’enthousiasme», de mentionner le président de la firme, Christian Bordeleau.

En substance, l’exercice consistait, pour un groupe essentiellement formé d’experts et chercheurs universitaires, à élaborer une série de recommandations à la Ville afin que cette dernière améliore et rende encore plus efficientes ses pratiques en matière d’administration municipale. «Pour la plupart des recommandations, il s’agissait de demandes d’amélioration des pratiques en termes de frais de représentation, de prévention des conflits d’intérêts et du trafic d’influence et enfin, d’amélioration de la transparence et de l’accessibilité des informations publiques. Cette certification permettra à la population de se faire une meilleure idée de la façon dont la Ville est gérée et des mécanismes que nous mettons en place pour améliorer nos procédures», a spécifié Paul Allard, directeur général.

Ce dernier a également confié que du nombre initial de recommandations, soit une quarantaine, une dizaine ont tout bonnement été rejetées, faute de pertinence, alors que les autres ont été mises en place. «C’est un travail inédit. Personne n’est au niveau IGO URBIS», a-t-il souligné.

Pour le maire François Cantin, cette certification prend, selon lui, tout son sens dans un contexte où le cynisme de la population envers les élus atteint des sommets. «À Blainville, nous aimons servir de modèle. Nous sommes déjà reconnus pour nos efforts en développement durable. À partir d’aujourd’hui, Blainville sera considérée comme un modèle de gestion administrative, d’éthique et de transparence. En cette période où les gens se méfient des politiciens et des gestionnaires municipaux, cette certification vient confirmer qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier», a-t-il déclaré.

Quant au président d’Intangible Gouvernance, Christian Bordeleau, il a insisté sur le rôle de précurseur de la Ville de Blainville en matière de bonne gouvernance, d’intégrité, d’éthique et de déontologie. «Ce projet-pilote n’est ni plus ni moins qu’une révolution en matière de saine gouvernance, car cette certification bouleverse l’ordre établi en allant au-delà des normes communément acceptées», a-t-il mentionné.

Afin de conserver sa certification, la Ville de Blainville devra se soumettre à un suivi au niveau des recommandations. Également, une autre vérification sera effectuée par Intangible Gouvernance d’ici 12 à 24 mois et des formations auront lieu avec des employés et des membres de la direction.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top