- PUBLICITÉ -
Gare de Mirabel: Denise Beaudoin souhaite ouvrir le dialogue

Bien que la plupart des pancartes aient été retirées

Gare de Mirabel: Denise Beaudoin souhaite ouvrir le dialogue

La députée de Mirabel, Denise Beaudoin, a réfuté les propos «mensongers» du maire de Mirabel, Hubert Meilleur, à son endroit et affirme qu’elle souhaite une gare à Mirabel, une priorité qui figure dans ses cartons depuis 2003.

«Je veux une gare à Mirabel. C’est une de mes priorités de députée depuis 2003. À ce niveau, je n’ai certainement pas de leçons à recevoir du maire Meilleur qui lui, jusqu’à tout récemment, n’en a jamais voulu. Avec lui, ç’a toujours été à chacun sa voiture», a-t-elle lancé, lors d’un point de presse, visiblement contrariée par la récente décision de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) de suspendre le projet de gare, pour manque de concertation du milieu.

Mme Beaudoin a toutefois rappelé qu’elle est «la députée de toute la population et non d’une seule catégorie de gens», et que le moment est venu, croit-elle, «d’ouvrir sur un véritable dialogue basé sur le respect des attentes de chaque partie au dossier».

«Ma réponse au maire est la suivante: regardons ensemble les choses en face et faisons avancer le dossier dont tous les éléments de réussite nous échappent en ce moment faute d’écoute et de collaboration. Mon bureau est ouvert: parlons-nous dans l’intérêt premier de nos commettants, et cette gare nous l’aurons enfin», a-t-elle dit.

La députée Beaudoin a également profité de la tribune pour réitérer sa demande afin que des études indépendantes soient menées pour convenir du site le plus approprié, celui où les impacts négatifs sont les moindres, et ce, dans l’intérêt collectif. Or, a-t-elle mentionné, cette étude n’a encore jamais eu lieu et personne, à ce stade-ci, ne semble savoir qui devra décider de la suite des choses, ni même de l’éventualité d’une telle étude.

Poursuivant, Mme Beaudoin dit mal comprendre la récente sortie publique des maires de Blainville, François Cantin, et de Sainte-Anne-des-Plaines, Guy Charbonneau, en appui au maire de Mirabel quant au site choisi. «Ça soulève plusieurs interrogations de ma part… On a tout fait depuis l’expropriation afin de préserver nos terres et là, le maire veut encore exproprier cette fois pour une gare», a-t-elle soulevé.

Mme Beaudoin porte plainte

Par ailleurs, Mme Beaudoin ne décolère pas face aux pancartes qui ont récemment envahi le territoire de la ville de Mirabel, incluant des terrains municipaux et même celui de son bureau de circonscription, dans le secteur de Sainte-Scholastique, et sur lesquelles on pouvait lire «Denise Beaudoin bloque la gare». «Ces propos sont diffamatoires à mon endroit. Je peux vous dire que j’ai porté plainte à la Sûreté du Québec et au Service de police de Mirabel et que je vais donner suite à cette histoire», a-t-elle promis. Mme Beaudoin se questionne également à savoir qui a payé pour ces pancartes et pourquoi le maire ne respecte-t-il pas son propre règlement municipal sur l’affichage.

Mme Beaudoin a terminé en rappelant qu’ils étaient nombreux à s’opposer au choix fait par l’administration municipale de Mirabel quant au site retenu: la population en général, l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Mirabel, la Commission de la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) (jugements à cet effet), les écologistes, et maintenant, l’Ordre des architectes, ainsi que l’AMT.

«Le constat qu’ils dressent est unanime: l’endroit identifié soulève discorde et mésentente. Si le maire ne s’était pas acharné, on aurait déjà coupé le ruban», a-t-elle conclu.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top