- PUBLICITÉ -

Capture d’écran tirée de Google Map – Le terrain que vient d’acquérir exo est situé au nord de la rue Victor et à l’est de l’actuelle voie ferrée.

Gare à Mirabel: exo se porte acquéreur du terrain de la rue Victor

Une nouvelle étape, qui pourrait se traduire par une ouverture à l’automne ou à la fin de l’année 2020, a été franchie dans le dossier de l’implantation d’une gare de train de banlieue à Mirabel, avec l’achat par le transporteur métropolitain exo du terrain sur lequel elle sera aménagée.

Le conseil municipal de Mirabel a, en effet, à sa séance ordinaire du lundi 11 février dernier, accepté par voie de résolution l’offre d’exo pour l’achat d’un terrain de 32 409 mètres carrés situé au nord de la rue Victor, dans le secteur de Saint-Janvier, et immédiatement à l’est de l’actuelle voie ferrée qui relie Saint-Jérôme à Montréal. La transaction est d’un montant de 1 261 715,20 $, plus taxes applicables.

Il s’agit du site qu’a toujours privilégié par la Ville de Mirabel, qui en était propriétaire jusqu’à ce jour, et son maire Jean Bouchard, évidemment fort heureux de voir cette transaction être conclue.

«C’est une étape déterminante qui vient d’être franchie. On peut maintenant espérer, si tout va bien, une ouverture à l’automne 2020, ce qui permettra certes de désengorger nos routes, en particulier l’autoroute 15», a commenté M. Bouchard lors de cette séance.

Le site le plus favorable, selon exo

Le transporteur exo, qui précise que l’entente requiert maintenant l’approbation de l’Agence régionale de transport métropolitain (ARTM), a corroboré en partie les propos du maire Bouchard en indiquant, par courriel, que l’échéancier préliminaire de réalisation vise une mise en service de la nouvelle gare plutôt en fin d’année 2020 et motivé par sa décision sur la base de conclusions d’une étude multicritères pour l’emplacement de la gare Mirabel réalisée en 2016-2017.

«Cette étude a conclu, et reconfirmé après de nombreuses analyses, que le site de la rue Victor est le plus favorable à l’implantation d’une gare à Mirabel pour des raisons de sécurité, de coûts, de fluidité et de respect des délais dans l’aménagement des lieux. Nous serons en mesure de déterminer une période plus précise (mise en service de la gare) lors de la réception des plans et devis ce printemps», d’indiquer à votre hebdo NORD INFO Catherine Maurice, conseillère relations médias pour exo.

Un exemple à ne pas suivre, selon l’UPA

Pour leur part, Marcel Denis, président du syndicat local de l’Union des producteurs agricoles (UPA) Sainte-Scholastique-Mirabel, et Richard Maheu, président de la Fédération UPA Outaouais-Laurentides, n’ont pas accueilli la nouvelle avec le même enthousiasme que le maire Bouchard. L’UPA, rappelons-le, privilégiait plutôt un site sur la rue Charles, toujours dans le secteur de Saint-Janvier.

«Un projet d’infrastructure publique qui sacrifie de façon permanente et inutilement des terres parmi les plus fertiles de la province, dans une zone agricole dynamique, ne sera jamais cautionné par l’UPA. Il faut être aveugle pour ne pas voir qu’un tel projet est en totale contradiction avec les attentes actuelles du public, qui vont dans le sens de la protection des terres agricoles, notre garde-manger de produits locaux et frais, notre source de souveraineté alimentaire. L’UPA se fera un devoir, si ce projet voit le jour, de le citer comme un exemple patent d’aménagement du territoire à ne pas suivre», ont d’abord signalé les deux présidents dans la réponse qu’ils ont acheminée par courriel, à la demande de votre hebdo NORD INFO.

«Mirabel fait partie de la zone périurbaine où la pression de l’étalement urbain se fait le plus sentir, d’où l’importance de mettre encore plus d’efforts pour protéger la zone agricole, voire la mettre en valeur. Une terre agricole perdue pour le développement l’est pour toujours», de conclure MM. Denis et Maheu.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top