- PUBLICITÉ -
Future gare de Mirabel: Hubert Meilleur refuse l’ingérence des élus provinciaux

Le train de banlieue de la ligne Blainville–Saint-Jérôme que le maire de Mirabel

Future gare de Mirabel: Hubert Meilleur refuse l’ingérence des élus provinciaux

Le maire de Mirabel, Hubert Meilleur, tient mordicus à ce que la future gare soit construite dans le secteur de Saint-Janvier et n’accepte pas que les élus provinciaux interfèrent dans ses affaires même s’il s’agit du ministre de l’Agriculture, François Gendron, et de la députée de Mirabel, Denise Beaudoin.

Jeudi dernier, le maire Meilleur a décoché une série de flèches à l’endroit de Mme Beaudoin et du vice-premier ministre Gendron, par voie de communiqué. Après cinq ans d’attente, Hubert Meilleur dit avoir reçu l’aval de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) lui permettant de planifier le début des travaux pour l’automne prochain.

Dans une lettre adressée à la députée de Mirabel, le maire déplore le fait qu’au bureau de la députée on laisse entendre «qu’il n’y aura jamais de gare sur la rue Victor, à Mirabel… et que ni l’AMT [Agence métropolitaine de transport] ni la Ville n’avaient obtenu les décisions favorables de la CPTAQ». Ce qui est faux, selon M. Meilleur, peut-on lire dans le communiqué.

L’idée d’aménager la gare au nord de la rue Victor, à l’ouest de la voie ferrée, dans le secteur de Saint-Janvier, a toutefois soulevé un vent de contestation. Mme Beaudoin a demandé à l’AMT des alternatives à ce site entouré de terres agricoles, mesure approuvée par le ministre Gendron qui s’est permis de faire la même demande à la CPTAQ, mais de façon plus exhaustive.

Le maire Meilleur fulmine. Selon lui, les deux élus n’ont pas à s’ingérer dans la croisade qu’il mène depuis 2005. Il reproche notamment à la députée de Mirabel de favoriser le site de l’ancien aéroport, qu’il juge inapproprié compte tenu de sa distance. Il se montre encore plus sévère envers François Gendron. «L’influence que souhaite exercer le ministre est grave», a souligné le maire.

La députée de Mirabel a tenu à apporter, lundi, sa version des faits. «La CPTAQ n’a jamais approuvé ce choix (secteur de Saint-Janvier). Ils disent que c’est un site inapproprié. Lorsque Hubert Meilleur a choisi ce site, il savait que c’était à proximité des terres.»

«J’ai demandé des études indépendantes pour qu’on analyse tous les sites potentiels ayant le moins d’impact possible. Le ministre Gendron s’est prévalu d’un article de la loi 3 pour demander l’avis de la CPTAQ, car c’est un dossier exceptionnel», précise-t-elle.

«La population est inquiète. Les agriculteurs sont furieux. Je veux une étude indépendante pour en avoir le cœur net. Des expropriations à Mirabel, on connaît ça et on en veut plus», soutient Mme Beaudoin.

À la séance du conseil municipal du lundi 25 mars, des citoyens ont clairement exprimé leur désaccord entourant le choix du site.

L’agriculteur André Lapointe a appris, lundi soir, qu’il sera amputé d’une partie de sa terre et en avait lourd sur le cœur. L’avis d’expropriation adopté par le conseil et qu’il recevra bientôt affichera la mention «à des fins de réserve foncière», mais M. Lapointe se doute que le bout de terre servira à la gare. Il n’en démord pas.

Le dossier de la gare a rapidement fait hausser le ton d’au moins quatre citoyens désireux d’obtenir des précisions lors de la période de questions. Ne désirant visiblement pas ouvrir ce dossier, le maire Meilleur s’est soudainement levé de son siège, puis s’est esquivé en vitesse sans saluer l’assistance.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top