- PUBLICITÉ -
François Cantin quittera la vie politique

François Cantin

François Cantin quittera la vie politique

S’appuyant sur son engagement de quitter la mairie après avoir complété deux mandats, le maire de Blainville, François Cantin, vient d’officialiser la nouvelle à l’effet qu’il n’en sollicitera pas un troisième.

Il complètera cependant son mandat actuel et assure qu’il demeurera en poste jusqu’à l’assermentation du nouveau maire, en novembre prochain. «Déjà en 2001, lors de mon porte en porte, je disais aux gens: donnez-moi deux mandats. Je l’ai répété en 2005, année où j’ai été élu pour la première fois. Je l’ai toujours dis et ça a toujours été clair», a-t-il précisé.

Une lettre a d’ailleurs déjà été envoyée aux quelque 200 membres de son parti, le Vrai Blainville, pour annoncer son intention de ne pas briguer les suffrages en 2013, mais aussi pour dévoiler le nom de celui qui assurera sa succession à titre de chef du Vrai Blainville et de candidat à la mairie au moment du prochain scrutin. Il s’agit du conseiller municipal Richard Perreault qui déjà, et depuis le 18 février dernier, assure le poste de chef du Vrai Blainville par intérim en attendant l’assemblée d’investiture, prévue le 21 mars.

Élu à titre de conseiller municipal une première fois en 2005, M. Perreault a aussi été président de la commission de la sécurité jusqu’en 2009, année où il a de nouveau été élu. Depuis, il préside la commission des finances, du budget et du développement économique.

Un maire satisfait

En juin dernier, au moment de l’assemblée générale annuelle du Vrai Blainville, M. Cantin avait déclaré que «techniquement», tous les membres de son équipe seraient de retour en vue des prochaines élections, ce qui, à l’époque, avait été interprété comme une intention de sa part de demeurer en politique.

Or, s’il semble que ce soit vrai pour l’ensemble des conseillers municipaux actuellement membres du Vrai Blainville, cela n’a apparemment jamais été l’intention de François Cantin. «Un parti est plus fort qu’un seul homme», nuance-t-il aujourd’hui.

Quant à sa décision d’annoncer maintenant son retrait de la vie politique au moment des prochaines élections, c’est-à-dire dans huit mois, M. Cantin estime qu’il se devait de mettre cartes sur table, d’abord «pour se donner du temps», mais aussi parce que la question quant à ses intentions se faisait de plus en plus fréquente. «Ça ne servait plus à rien d’éterniser ça», a-t-il fait valoir.

M. Cantin quittera donc la mairie au terme de son mandat actuel, satisfait, dit-il, de ce qui a été réalisé au cours des huit dernières années. Parmi les projets qui lui auront procuré la plus grande satisfaction, il cite le Centre récréoaquatique, la maison des naissances, la réfection des infrastructures souterraines sur le boulevard Labelle, le projet Chambéry, la Sortie 28 et le Quartier de la gare.

Mais s’il est une réalisation dont il est le plus fier, c’est celle d’avoir repoussé le paiement de l’avis d’imposition des contribuables, de septembre à octobre, en raison de la rentrée scolaire. «C’est là que j’ai compris que parfois, nos petites décisions pouvaient faire de grand changement dans la vie des gens», a-t-il laissé tomber.

Soulignons qu’au moment de la première élection de M. Cantin, en 2005, la population de Blainville se chiffrait à 42 000 personnes. Elle frôle aujourd’hui les 55 000 citoyens.

Une fois son mandat terminé, M. Cantin prévoit réintégrer son entreprise de services financiers.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top