- PUBLICITÉ -

Les députés du Bloc québécois dans les Basses-Laurentides: Simon Marcil (Mirabel), Louise Chabot (Thérèse-De Blainville) et Luc Desilets (Rivière-des-Mille-Îles).

Fin aux paradis fiscaux: une motion du Bloc est adoptée par l’opposition

La députée de Thérèse-De Blainville, Louise Chabot, le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, et le député de Mirabel, Simon Marcil, ont salué l’appui de tous les partis d’opposition à la motion du Bloc québécois demandant au gouvernement fédéral d’empêcher l’évitement fiscal des grandes entreprises dans les paradis fiscaux. Pour les députés bloquistes, la pression repose maintenant sur les épaules de Justin Trudeau.

«Justin Trudeau doit entendre la volonté clairement exprimée par la Chambre à l’effet que son gouvernement mette fin au recours aux paradis fiscaux par les grandes entreprises. Cette pratique devrait être illégale et c’est d’ailleurs ce que pensent les contribuables et les familles que le premier ministre représentede déclaré, dans un communiqué de presse conjoint, le député de Mirabel, Simon Marcil.

«Les libéraux ont voté pour protéger les profiteurs qui font de l’évitement fiscal et de l’évasion fiscale plutôt que pour exiger qu’ils fassent leur part afin de mieux financer nos services publics. Ils ont voté pour faire porter le fardeau du déficit contracté durant la pandémie à la classe moyenne et aux générations futures sans exiger que les multinationales participent à hauteur de leurs profits. La Chambre le somme de choisir enfin le camp des honnêtes gens et de bloquer les échappatoires fiscales des multinationales», de faire valoir, de son côté, valoir la députée de Thérèse-De Blainville, Louise Chabot.

Six gestes demandés

La motion M-69 présentée par le député bloquiste de Montarville, Stéphane Bergeron, et adoptée à la Chambre des communes par tous les partis, sauf les libéraux de Justin Trudeau, exigeait six gestes de la part du gouvernement canadien:

  1. Modifier la Loi de l’impôt et son règlement pour que les revenus des entreprises rapatriés des paradis fiscaux cessent d’être exempts d’impôt;
  2. Mettre fin aux coquilles vides à l’étranger, des filiales sans activité servant à dissimuler des sommes d’argent;
  3. Obliger une reddition de comptes pour les institutions financières qui offrent des stratagèmes d’évitement fiscal à leurs clients;
  4. Imposer les multinationales pour le profit réalisé sur les territoires québécois et canadien plutôt que selon leur lieu de résidence;
  5. Travailler à créer un registre mondial des propriétaires des sociétés-écrans;
  6. À l’issue de cette pandémie ruineuse, entreprendre au sein de l’OCDE un mouvement mondial pour éradiquer les paradis fiscaux.

Une réputation entachée à l’international

Les députés bloquistes des Basses-Laurentides rappellent qu’Ottawa s’est engagé, samedi, de concert avec le G7, à travailler vers l’établissement d’un impôt minimum mondial pour empêcher les multinationales de contourner les lois fiscales des États.

«Quatre jours seulement après avoir déclaré devant le monde entier qu’il fallait agir pour que les multinationales contribuent de manière juste aux finances publiques des États, les libéraux viennent de voter, au contraire, pour protéger le droit des entreprises de dissimuler leurs profits dans les paradis fiscaux. Tout comme en matière de lutte aux changements climatiques, le double discours des libéraux de Justin Trudeau entache la réputation du Canada à l’international. Au nom du Québec, qui ne mérite pas d’être associé de près ou de loin à ce discrédit, le premier ministre doit se ressaisir et agir en homme d’État», de conclure le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top