- PUBLICITÉ -

Éric Girard montre un exemplaire (la copie du ministre) du document intitulé «Le point sur la situation économique et financière du Québec». C’est là-dessus, précise-t-il, qu’il travaillait depuis son assermentation. (Photo Claude Desjardins)

«L’important, c’est de livrer ce qu’on m’a demandé de livrer»

Sitôt élu à la députation de Groulx, le 1er octobre dernier, Eric Girard a vu les pages de son agenda se noircir rapidement. Celui à qui François Legault a confié le ministère des Finances avale des semaines de sept jours au boulot et confiait qu’il n’avait pas vu sa famille depuis quelque temps, lorsque nous l’avons rencontré à son bureau de comté, tout juste avant la pause du temps des Fêtes.

L’ex-trésorier et vice-président de la Banque Nationale n’est toutefois pas homme à reculer devant l’ampleur de la tâche. C’est d’ailleurs le poste qu’il convoitait et, dès le lendemain de son assermentation, le 19 octobre, il rencontrait son chef de cabinet, son sous-ministre et embrassait sa nouvelle carrière avec enthousiasme, résolu «à bien faire pour augmenter le potentiel économique du Québec.»

Un travail fantastique!

«Un ministre n’est rien sans son ministère» , de dire l’homme de 52 ans en parlant des quelque 500 fonctionnaires qui travaillent désormais sous sa responsabilité, parmi lesquels se trouvent des économistes chevronnées. «On m’a présenté l’ensemble des dossiers et je suis parti pour le week-end avec tous ces documents que j’ai lu deux fois, avant de revenir le lundi. Ils ont bien vu que le nouveau ministre avait de l’intérêt et de l’énergie. Ensuite, jusqu’au 3 décembre, le focus a été mis sur la mise à jour économique du Québec et nous avons déjà commencé à redonner de l’argent aux contribuables» , énumère Eric Girard, déjà convaincu que ce geste aura un effet stimulant sur les investissements.

«C’est un travail fantastique» , s’exclame celui qui a dû, en même temps, s’initier aux rudiments de la vie parlementaire. «On se rend compte qu’au Québec, la politique provinciale est celle qui revêt le plus d’importance aux yeux de la population. Le degré d’attention des journalistes est très intense» , constate celui qui reconnaît à la presse le rôle important de s’assurer, tout comme c’est le cas pour l’opposition, que le gouvernement travaille bien. Et peut-être un peu plus vite, aimerait bien le ministre pour qui tout l’aspect procédurier des travaux parlementaires a pour effet de ralentir la machine. «Ça pourrait être plus productif» , pense-t-il.

Ministre et député

Depuis le 1er octobre, Eric Girard a fait quelques apparitions publiques dans le comté de Groulx, mais force est d’admettre que son travail de député se fera plus souvent qu’autrement à distance.

«J’ai une équipe fantastique à mon bureau de comté» , nuance toutefois le principal intéressé. Sous la direction de Steve Gagné, y travaillent une ex-employée de Claude Surprenant (le député sortant) et une autre du bureau de Mario Laframboise (le député de Blainville), nommément Véronik Charest et Andrée Godin, un gage, pour le député Girard, que la transition se fait efficacement et que les dossiers régionaux bénéficient d’un suivi adéquat.

«Je leur ai dit: vous avez l’imputabilité. Vous me représentez. En plus, à mon bureau de Québec, j’ai deux personnes qui ont travaillé avec moi durant la campagne et qui connaissent aussi le comté de Groulx. Je donne à toutes ces personnes des responsabilités et un pouvoir de décision. Je veux qu’elles se trouvent valorisées dans leur travail» , indique Eric Girard, convaincu que son rôle de ministre des Finances et le fait qu’il doive travailler davantage à Québec qu’à Sainte-Thérèse auront un impact plus significatif pour la région que s’il se pointait à son bureau de comté tous les jours, notamment pour ce qui est du premier grand dossier auquel il entend s’attaquer.

La congestion sur la 15

«L’enjeu principal pour la région, celui dont tous les citoyens m’ont parlé durant la campagne, c’est le problème de congestion sur l’autoroute 15, qui est exacerbé par l’éventuelle fermeture de la ligne de train de Deux-Montagnes» , affirme Eric Girard, convaincu qu’on n’a pas besoin d’être urbaniste pour comprendre que ce dossier est majeur. «Mon rôle est alors de le rappeler à Chantal Rouleau et François Bonnardel, en qui j’ai pleinement confiance. D’ailleurs, ils sont déjà en action» , dit-il à l’égard de la ministre responsable de la région de Montréal et du ministre des Transports. Quant au ministre des Finances, c’est à lui, une fois que les priorités sont bien identifiées, de s’assurer que les fonds soient disponibles. «La saison de la construction, c’est le printemps, alors je m’attends à ce qu’il y ait de l’action dès ce printemps» , avance M. Girard qui mentionne aussi le projet de construction d’un aréna à Sainte-Thérèse comme un dossier important pour son comté.

«Le plus important, ce n’est pas moi, mais ce qu’on fait pour les gens. C’est de livrer ce qu’on m’a demandé de livrer» , de dire celui qui, en bout de ligne, souhaite avoir le bureau de comté le plus dynamique du Québec. «On travaille fort, mais il y a une règle: il faut rire au moins une fois par jour. Il faut avoir du plaisir» , exprime Eric Girard qui, nous ne l’avions pas encore mentionné, ne manque pas d’humour.

Notez que le bureau du député de Groulx est situé au 204, boulevard du Curé-Labelle, bureau 210, à Sainte-Thérèse. Vous pouvez joindre son équipe en composant le 450 430-7890.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours 3 BBQ !
- PUBLICITÉ -
Top