- PUBLICITÉ -
Équipe complète pour Guy Charbonneau

(Photo Michel Chartrand)

Équipe complète pour Guy Charbonneau

Sainte-Anne-des-Plaines

C’est une équipe complète et paritaire – trois femmes et trois hommes – qui représentera la bannière du Parti Vision Action, aux élections du 1er novembre prochain. En effet, le chef du parti et candidat à la mairie Guy Charbonneau vient de présenter le dernier candidat en lice, Stéphane Chouinard.

«Pour compléter mon équipe, j’ai choisi un homme doté à la fois d’un sens aigu des affaires et d’une éthique inébranlable», a-t-il dit au sujet de celui qui briguera les suffrages dans le quartier électoral numéro 6.

Les autres candidats sont, rappelons-le, Julie Bellerose (quartier numéro 1), France Majeau (quartier numéro 2), Alain Cassista (quartier numéro 3), Denys Gagnon (quartier numéro 4) et Julie Boivin (quartier numéro 5).
«Guy Charbonneau a été le seul, depuis quatre ans, à m’avoir consulté, à échanger sur nos idées et à démontrer vouloir un vrai changement tout en demeurant à l’écoute et près des gens», de confier M. Chouinard, résidant de Sainte-Anne-des-Plaines depuis 16 ans, pour justifier son choix d’équipe.

Confiant que le cumul de son expérience d’homme d’affaires et de sa formation en architecture le dote d’une vision particulière en termes de développement, M. Chouinard est convaincu que ceci ne pourra que mieux le servir quand viendra le temps de collaborer avec les diverses instances municipales et paramunicipales, de même qu’avec les citoyens, dans le cadre de la dynamisation des infrastructures de la ville. Président fondateur de la Corporation de développement de Sainte-Anne-des-Plaines, M. Chouinard a profité de la tribune pour annoncer sa démission à titre de président de cet organisme, par respect et souci de transparence, dit-il.

Bilan

Par ailleurs, le chef du Parti Vision Action a profité du moment pour dresser un bilan bien peu reluisant de l’administration Collin. «L’administration Collin berne les citoyens depuis quatre ans par un manque flagrant de transparence et d’éthique», a-t-il lâché.

Trois caractéristiques ont, selon lui, marqué le séjour des quatre dernières années de Catherine Collin et son équipe à la mairie de Sainte-Anne-des-Plaines: la mauvaise gestion financière, le manque de transparence et l’absence d’éthique et de morale.
«Depuis 2005, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines a vu sa dette augmenter de 34 %, soit de 21 à 28 millions de dollars», a-t-il déploré. Des dépenses reliées à des services en communication et en génie-conseil, entre autres, seraient en partie responsables de cette augmentation. Au chapitre du manque de transparence de l’équipe Collin évoqué par M. Charbonneau, ce dernier se fait cinglant. «De nombreux études et rapports commandés par la mairesse pour des sommes astronomiques sont restés lettre morte. Ça frôle l’indécence», dit-il. M. Charbonneau cite notamment le rapport déposé auprès des élus, en janvier 2009, concernant le réaménagement complet de la route 335 et pour lequel aucune publication n’a encore été faite. Ou encore, les trois études commandées au coût de 26 000 $ pour le bassin des eaux usées, pour lequel aucune action n’a encore été entreprise.

Quant à l’absence d’éthique et de morale dont il fait mention, M. Charbonneau réfère notamment aux projets fractionnés dans le cadre du dépôt des soumissions, pour éviter qu’elles ne deviennent publiques, et à la gestion des fonds du Tournoi de la mairesse par un organisme – Réseau famille activités – en grande partie géré par des administrateurs du parti Sainte-Anne Plus, parti dirigé par la mairesse sortante.
«J’aime Sainte-Anne-des-Plaines. J’espère que le 1er novembre prochain, les citoyens vont s’aimer assez pour changer les choses», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top