- PUBLICITÉ -
Échange Québec-France: quatre jeunes découvrent la région

Dans l’ordre :  Héloïse Décarre

Échange Québec-France: quatre jeunes découvrent la région

Ils sont arrivés le 25 juin et repartiront le 21 août prochain. Tous âgés dans la jeune vingtaine, ils portent en eux la graine aventurière qui les a conduits à Sainte-Thérèse, le temps d’une Association Québec-France, un programme qui existe depuis plus de 20 ans déjà.

Alexandre Carqueville, Mariane Cheul, Pauline Collart et Heloïse Décarre ont donc quitté, le temps d’une découverte, leur Annecy natale, en France, pour venir rouler leur bosse avec les cols bleus (pour trois d’entre eux), tandis qu’Héloïse a plutôt opté pour la bibliothèque municipale. En résidence au Collège Lionel-Groulx, ils sillonnent le Québec (sitôt le boulot terminé) avec un autre groupe de jeunes Français, histoire de goûter à la culture d’ici.

«L’accent a été difficile à comprendre au début. On a dû s’acclimater, mais maintenant c’est bon», soulignent-ils d’un commun accord.

Animation 3 D, droit, histoire de l’art, ou encore littérature, les jeunes universitaires ont eu un coup de coeur, comme bien des Français, pour la Ville de Québec. Et, comme bien des jeunes, ils ont connu l’ambiance des Foufounes électriques, du Cabaret chez Mado, de la Prohibition à Sainte-Thérèse, bref, côté jeunesse, on assure en force et en énergie.

Salariés le temps de cet échange et selon la convention collective de la Ville de Sainte-Thérèse. (NDLR: quatre autres jeunes Thérésiens sont actuellement à Annecy), les quatre comparses auront deux semaines de vacances prévus avant leur retour à la maison.

«Pendant les vacances, on compte aller à New-York, à Boston, et visiter les chutes du Niagara», confie Alexandre Carqueville, 22 ans.

L’expérience, jusqu’à maintenant, semble concluante, puisque nos voyageurs souhaiteraient revenir étudier à Montréal ou Québec, et ce, dans leur domaine respectif.

Programme Jeunesse

Comme son nom l’indique, le programme Intermunicipalités fonctionne sur des partenariats entre villes. Une ville française et une ville québécoise, liées par un pacte d’amitié, libèrent un ou plusieurs postes dans leur municipalité pour un (ou plusieurs) candidat(s) du pays d’en-face. Le candidat français ira travailler dans la ville québécoise et le candidat québécois dans la ville française.

 Depuis 1982, le programme Intermunicipalités permet à des jeunes étudiants québécois d’occuper un emploi d’été en France, de découvrir les richesses d’un autre pays francophone et de vivre dans un environnement professionnel et culturel différent.

Depuis la création du programme, ce sont 4 000 jeunes Québécois qui ont pu vivre cette expérience, enrichir leur profil en découvrant les différences culturelles, mais aussi les variations de la francophonie.

(source : quebecfrance.qc.ca)

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top