- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Dossier: un bébé à tout prix

Les dons d'ovules

Chapitre 1
1995: dans lequel on fait  la connaissance de Matisse et de Mégane

«Une trentenaire et un jeune homme dans la vingtaine se rencontrèrent un beau jour de mai dans un supermarché où abondaient les fruits et les légumes. Bien qu’absorbés par un travail astreignant, mais ô combien valorisant, les deux individus se plurent instantanément! L’horloge biologique étant en mode pressant pour l’un et permanent chez l’autre, les deux tourtereaux caressèrent spontanément le rêve classique de s’unir, d’avoir un nombre raisonnable d’enfants, tout cela, naturellement, pour vivre heureux jusqu’à la fin des temps.»

Ainsi pourrait commencer l’histoire de Matisse et Mégane* en 1995. Pourtant, il n’en sera rien. Du moins, au regard de leur destin reproducteur. Parce que si les deux amoureux connaissent déjà la joie d’élever le bébé de Matisse (né d’une précédente union), l’envie d’avoir un enfant issu de leur union est présente dès les premiers mois de fréquentation. D’ailleurs, l’année qui suivra sera le théâtre de nombreuses tentatives de concevoir (de façon naturelle) un bébé.

«On a commencé à se poser des questions après un an. Nous n’usions d’aucune protection, mais rien ne se passait. On a alors effectué des tests pour comprendre ce qui se passait, et là, on nous a annoncé que nous faisions partie des 10 % de couples dont on ne connaissait pas les causes de leur infertilité», explique Matisse.

Qu’à cela ne tienne. Armé de courage et surtout d’un amour profond, le couple tente l’insémination à deux reprises. L’expérience s’avère infructueuse et se solde par un échec. Par ailleurs, la vie quotidienne n’est pas des plus roses pour le jeune couple. Fraîchement émoulu de l’école, mais peu nanti financièrement, Matisse s’appuie sur Mégane pour garder la tête hors de l’eau. Les frais faramineux associés à la procréation assistée découragent les amoureux qui espèrent «que ça se débloque naturellement».

«Notre besoin d’avoir un enfant était toujours présent à notre esprit. Nous avions regardé du côté de l’adoption internationale, mais encore là, les frais étaient beaucoup trop élevés pour nous», se souvient Matisse.

NDLR: À ce chapitre de l’histoire, il est important de mentionner que Mégane ne participera pas aux confidences échangées entre l’auteure de ces lignes et Matisse. La femme qui, aujourd’hui, est en attente des premiers résultats d’une possible grossesse, grâce à un don d’ovules, a manifesté son désir d’être exemptée de l’entrevue afin de se reposer. Il se pourrait cependant qu’elle accepte de participer à cette expérience.

Sachez que vous connaîtrez, au cours des prochaines semaines, les aléas de la vie de ce couple qui, depuis 17 ans, n’a jamais baissé les bras afin de connaître la joie d’être parents.

Bonne lecture.

  *(Mise en situation: dans le contexte particulier de ce reportage traitant des dons d’ovules, il a été convenu de changer les noms des participants afin de les protéger.)

Lire aussi:

Les différents types d’assistance médicale à la procréation

Chapitre 2

2001: dans lequel on comprend que le mot famille peut avoir plusieurs sens

Les causes de l’infertilité

Chapitre 3

2006: dans lequel on constate que le mot espoir devrait toujours être pris à la légère

Chapitre 4

2010: dans lequel on s’aperçoit très rapidement qu’un ovule a un prix et ses donneuses, aussi.

Chapitre 5

2010: dans lequel on apprend que les fées sont véritablement des personnages mythiques 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top