- PUBLICITÉ -
Dons d’ovules: Mégane est enceinte

«Cela ressemblait à une grosse goutte d’eau

Dons d’ovules: Mégane est enceinte

Chapitre 10: dans lequel on se pose la question suivante: et si c’était vrai?

«Tel un conte de fées, nous pourrions conclure l’histoire de Mégane et de Matisse par cette phrase disneylandienne: ils se marièrent et eurent de nombreux enfants. Mais dans ce contexte avantagé par la technologie, nous terminerons plutôt leur récit par: ils se rencontrèrent, mais rencontrèrent aussi Anne, créature mystique qui leur laissa un héritage aussi inattendu qu’inespéré: un minuscule œuf qui n’attendait qu’à éclore».

Finalement.

Après 17 années à espérer, rêver et prier la venue d’un enfant, Mégane et Matisse pourront concrétiser leur souhait le plus profond d’ici les prochaines minutes. Quelque part, dans une pièce avoisinante de la clinique de fertilité, les attend un embryon prêt à être implanté dans l’utérus de Mégane.

«Juste avant que celui-ci soit implanté, nous avons pu le voir sur un écran. Cela ressemblait à une grosse goutte d’eau, sauf qu’en le bougeant un peu, on voyait que tout cela était vivant et actif.»

Le couple observe les dernières procédures du médecin et de l’embryologiste, avant l’épilogue de cette grande aventure dans l’univers de la contraception assistée.

Avec soin et minutie, les spécialistes transfèrent l’embryon dans une sonde. Tout va se jouer d’ici les prochaines minutes.

«L’embryon a été injecté d’une seule traite. Une espèce de ligne blanche suivait son ascension dans l’utérus de Mégane. Ça s’est passé très vite.»

Au moment précis où l’embryon s’est logé dans la matrice, Mégane est devenue enceinte. «Ce que l’on s’est dit à cet instant? Enfin, on peut avoir notre chance…», confie Matisse avec un sourire.

10 avril 2012 

Une première échographie est ordonnée pour Mégane afin de prévoir une date d’accouchement. «Elle était enceinte de 7 semaines et 1 jour. On nous a confirmé que le bébé devrait naître le 26 novembre.»

16 avril 2012

Mégane a franchi le cap des huit semaines. Mis à part une fatigue normale liée aux hormones de la grossesse, son appétit a augmenté. «Non, elle n’a pas de nausées, atteste Matisse. Et oui, elle est heureuse et excitée.»

Le couple n’affiche aucune préférence quant au sexe de l’enfant. Garçon ou fille, celui-ci ou celle-ci sera accueilli les bras ouverts. Pour ce qui est des prénoms, le couple semble s’entendre sur les choix qu’ils ont faits.

«Vous voulez connaître les prénoms? Si c’est une fille, ce sera Mégane, si c’est un garçon, Matisse.»

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top