- PUBLICITÉ -
Des étudiants bravent le froid… et travaillent avec la communauté

Des étudiants Bravent Le Froid… Et Travaillent Avec La Communauté

Des étudiants bravent le froid… et travaillent avec la communauté

Le Petit Peuple

L’organisme sans but lucratif Le Petit Peuple lançait une nouvelle édition de la campagne des feuilles, le 11 novembre, sur le territoire de la région. De jeunes bénévoles mettaient la main à la pâte et ramassaient les feuilles d’automne sur des terrains de résidants des villes de Blainville et de Sainte-Thérèse, tout ça, dans le but de financer un projet de voyage humanitaire en Inde.

L’organisme sans but lucratif Le Petit Peuple lançait une nouvelle édition de la campagne des feuilles, le 11 novembre, sur le territoire de la région. De jeunes bénévoles mettaient la main à la pâte et ramassaient les feuilles d’automne sur des terrains de résidants des villes de Blainville et de Sainte-Thérèse, tout ça, dans le but de financer un projet de voyage humanitaire en Inde.

Rejoint sur le terrain, dès 9 h le matin, Terence Fréchette était accompagné par un bon nombre de bénévoles devant une résidence blainvilloise. Le froid était présent, mais les jeunes, travaillants et habillés chaudement, étaient assez efficaces. En quelques minutes, la cour était propre, les sacs remplis, et ils pouvaient passer à un autre client, soit un homme de 90 ans, habitant non loin de l’endroit. Soulignons d’ailleurs que ce dernier s’offre les services de l’OSBL depuis les débuts de cette fameuse campagne de ramassage.

Aider ceux qui en ont besoin

Alors que les jeunes travaillaient, la cliente regardait, souriante. De son côté, M. Fréchette prenait quelques minutes de pause afin d’expliquer le but de tout ce travail: «Le Petit Peuple est un organisme communautaire. L’idée a commencé avec un programme parascolaire. Les jeunes désirant travailler avec la communauté pouvaient le faire. Ils ont identifié une clientèle, soit les personnes âgées dans le besoin. On a ensuite développé d’autres services. Pour l’homme de 90 ans, on l’aide aussi dans d’autres travaux qu’il ne peut plus faire, à cause d’une perte d’autonomie causée par l’âge.»

Les étudiants présents sur place font preuve de générosité, mais ça ne s’arrête pas là, des dires de celui qui les encadre. Quelque chose de plus grand les motive. «Au niveau des jeunes, la plupart participent en ce moment à un stage humanitaire dans un orphelinat en Inde. Il faut amasser des dons grâce à ce bénévolat. Ils le font très bien, travaillant au niveau communautaire en équipe. Ils découvrent des gens et d’autres milieux. Ils se découvrent des qualités, comme la confiance en soi.»

Briser les préjugés

On a tendance à coller quelques étiquettes dans le front des jeunes d’aujourd’hui. M. Fréchette est fier de sa jeune équipe qui brise les images préconçues à coups de râteau. «Il y a une très belle dynamique et nous travaillons en équipe. Ils s’aident sur le terrain et dans le but d’amasser des fonds pour vivre leur projet humanitaire en Inde. On a tendance à penser que les jeunes sont individualistes, mais ici, on casse les préjugés. On fait partie de la même gang!» conclut-il, sourire aux lèvres.

Pour plus d’informations concernant l’organisme, il suffit de visiter son site, au [http://www.lepetitpeuple.org/].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top