- PUBLICITÉ -
Des classes flexibles à l’école Gabrielle-Roy

Des Classes Flexibles à L’école Gabrielle Roy

Des Classes Flexibles à L’école Gabrielle Roy

Des classes flexibles à l’école Gabrielle-Roy

Grâce, entre autres, au don d’une firme d’ingénierie

La direction de l’école Gabrielle-Roy de Boisbriand souhaite rendre l’ensemble de ses classes flexibles. Pour y arriver, elle a récemment lancé une campagne de financement visant à récolter 25 000 $ au cours de la présente année scolaire. Grâce au don de 14 512 $ remis par les représentants de la firme WSP Canada, le 26 septembre, on est maintenant un peu plus près d’atteindre cet objectif.

La direction de l’école Gabrielle-Roy de Boisbriand souhaite rendre l’ensemble de ses classes flexibles. Pour y arriver, elle a récemment lancé une campagne de financement visant à récolter 25 000 $ au cours de la présente année scolaire. Grâce au don de 14 512 $ remis par les représentants de la firme WSP Canada, le 26 septembre, on est maintenant un peu plus près d’atteindre cet objectif.

C’est en participant au Grand défi Pierre Lavoie, et avec l’aide de leurs nombreux commanditaires, que Martin Hétu, André-Martin Bouchard, Sébastien Fecteau, Robert Ouellette et Olivier Joyal de WSP Canada sont parvenus à amasser cette somme impressionnante.

«Nous avons pédalé 1 000 kilomètres en vélo pour vous cet été, a lancé M. Joyal aux quelque 360 élèves de l’école Gabrielle-Roy, réunis dans le gymnase pour l’occasion. Quand nous avons été approchés par votre directeur, Sylvain Jetté, nous avons tout de suite embarqué, car nous savons combien il est important de bouger pour vous et votre santé.»

«Le fait d’adopter de saines habitudes est important pour vous et le concept de la classe flexible incarne bien les valeurs véhiculées par le Défi Pierre Lavoie» , a ajouté André-Martin Bouchard, conscient que le cerveau apprend et retient davantage lorsqu’il est stimulé par des mouvements ou de l’activité physique.

Qu’est-ce qu’une classe flexible?

Une classe dite «flexible» permet notamment aux élèves de choisir le type de chaise sur laquelle ils souhaitent être assis. Un tabouret? Un ballon? Une chaise normale? Lequel de ces sièges est le plus approprié? C’est à l’élève de le décider. Ce dernier peut donc changer de place chaque jour, s’il le désire. L’important pour lui est de trouver la position dans laquelle il est plus confortable, le plus réceptif pour apprendre.

Nathalie Dumas, enseignante de 4e année à l’école Gabrielle-Roy, a vu sa classe être transformée en classe flexible, au début de l’année scolaire. Elle est donc bien placée pour en vanter les bénéfices.

«Je suis consciente qu’il s’agit d’un outil pédagogique et non d’une fin en soi, a-t-elle d’abord mentionné. Toutefois, poursuit-elle, mon constat est que les élèves arrivent à mieux canaliser leur énergie et qu’ils ont l’air heureux de ces changements. J’ai vraiment l’impression que ma classe répond mieux à leurs besoins.»

Mme Nathalie, comme l’appellent ses élèves, apprécie particulièrement «le coin rassemblement» aménagé dans le local qu’elle occupe. Celui-ci lui permet, dit-elle, d’être plus près de ses élèves et de dialoguer avec eux.

Quant aux élèves, ils apprécient ce changement.

«Les enfants sont heureux parce qu’ils bougent beaucoup et que c’est bon pour la santé» , a témoigné l’un d’eux.

«Ça m’aide beaucoup parce que je suis une fille qui bouge et la classe flexible m’aide à me concentrer» , de renchérir cette autre élève.

La campagne de financement bat son plein et se poursuivra au cours de l’année scolaire afin de trouver les quelque 10 000 $ manquants. Comme lors des collectes de fonds précédentes, pour acquérir des vélos-pupitres notamment, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, la Ville de Boisbriand, les députés de la circonscription, les Chevaliers de Colomb et les Filles d’Isabelle travailleront de concert pour atteindre l’objectif fixé.

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Metro Rosemere
- PUBLICITÉ -
Top