- PUBLICITÉ -
Des agriculteurs ne veulent pas d’une gare sur la rue Victor

Des Agriculteurs Ne Veulent Pas D’une Gare Sur La Rue Victor

Des agriculteurs ne veulent pas d’une gare sur la rue Victor

À Mirabel

Des producteurs agricoles, leurs représentants régionaux de l’Union des producteurs agricoles (UPA), ainsi que le président général de l’Union, Marcel Groleau, se sont rassemblés pancartes à la main, devant l’hôtel de ville de Mirabel, dès 19 h, le 12 février, afin de manifester leur opposition quant au choix de l’emplacement de la future gare de Mirabel.

Ce rassemblement avait lieu dans la foulée de l’annonce, le 15 décembre dernier, d’un investissement de 1,3 million de dollars des gouvernements fédéral et provincial, et de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), pour la construction d’une gare en pleine zone agricole, sur la rue Victor.

Les principaux intervenants y ont été de déclarations, se positionnant en défaveur de cette mesure qui viserait, selon eux, à détruire des «terres agricoles de grande qualité et actuellement en exploitation.»

«Ça fait des années qu’on s’oppose au fait de voir cette gare construite dans cette zone, en pleines terres agricoles, alors qu’ils ont des places disponibles en zone urbaine, près de leurs citoyens. Les terres agricoles, au Québec, sont une denrée rare et qui va le devenir de plus en plus au fil du temps. Tous les citoyens de Mirabel et du Québec doivent protéger leur patrimoine agricole» , de mentionner le président général de l’UPA. «L’UPA va s’opposer jusqu’à la fin! Nous sommes ici pour demander au conseil municipal de revoir sa décision.»

Ils ne sont pas contre le projet…

«On ne s’oppose pas au projet, mais on s’oppose au fait que la gare soit construite sur des terres agricoles» , précise du même souffle M. Groleau, ajoutant que plusieurs alliés de L’UPA et intervenants allaient se prononcer à très court terme.

En effet, depuis 2015, l’UPA se dit favorable au projet de construction d’une gare sur le sol mirabellois, en autant que celle-ci ne se fasse pas au détriment des agriculteurs et qu’elle limite l’étalement urbain. Un site est disponible en bordure de la rue Charles. Il serait idéal, d’après les intervenants, puisqu’il favoriserait le transport actif et collectif et il permettrait un développement dans un espace potentiel de plus de 100 hectares en zone urbaine.

En choisissant la rue Victor, «la Ville-MRC maintient malgré tout son choix de construire une gare en zone agricole, à l’écart de la zone urbaine, encourageant ainsi l’utilisation de la voiture dans un secteur déjà affligé par des problèmes de congestion routière.»

«Ce projet sur la rue Victor a toujours été illogique, alors que nous avons un emplacement en zone urbaine disponible, sur la rue Charles. L’implantation en terrain urbain n’aurait aucune conséquence sur la zone agricole, en plus d’avoir ses avantages. Au contraire, la construction sur la rue Victor se ferait en plein milieu d’une zone agricole dynamique, soit une denrée rare à protéger. C’est tout simplement illogique» , ajoute le président du Syndicat UPA Sainte-Scholastique, Marcel Denis.

Selon M. Groleau, il est encore temps de remettre en question le choix d’emplacement de la future gare et invite les élus de la CMM mandatés en matière de transport, d’aménagement urbain et d’agriculture à se pencher sur des scénarios alternatifs, et ce, en zone urbaine.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top