- PUBLICITÉ -
Défi-parents 5-30: expérience réussie et renouvelée

Sophie Simonet et Annie Houle

Défi-parents 5-30: expérience réussie et renouvelée

Le Défi-parents 5‑30, mis au point en 2013 par deux étudiantes en service social et dont le but est de rapprocher parents et enfants par le biais d’activités ludiques au quotidien, a connu un tel succès auprès des parents que les coordonnatrices du projet l’offrent pour une seconde année.

Pas moins de 240 parents ont pris part au Défi-parents 5‑30 lancé en juin 2013 auprès de 72 familles participant au regroupement Parenfant, à Rosemère, ce qui réjouit celles qui coordonnaient le projet, l’intervenante Sophie Simonet et Annie Houle, de l’organisme Cœur d’enfant.

Selon ces dernières, qui présentaient à nouveau le défi chez Parenfant, le 4 juin dernier, la trousse mise au point par les étudiantes Mikaëlle Beauvais-Beaulieu et Jade Cyr a suscité de nombreux commentaires positifs, en raison de sa facilité d’application.

«C’est très encourageant, affirme Annie Houle. Des organismes veulent l’intégrer à leur programmation et les CPE réfléchissent à la façon de les distribuer aux familles. Pour une première année, c’est une grande réussite.»

Pouvant être personnalisée selon la demande, la trousse propose une série d’activités permettant de favoriser le rapprochement entre parents et enfants. Le Défi-parents 5‑30 propose des tâches de routine quotidienne avec une approche ludique, question de susciter l’intérêt de l’enfant durant 30 minutes. Le défi du parent consiste à intégrer cinq mots doux au jeu sous le signe de la collaboration, ce qui lui permet d’améliorer ses liens avec son enfant en plus de passer du temps avec lui.

Selon Sophie Simonet, le contenu de la trousse contient plein de suggestions pour les parents en panne d’idées, ce qu’ils semblent avoir particulièrement apprécié: coloriage, comptines, trucs pour bien manger et même réduire le stress. Il y a même des activités à faire en voiture.

Les parents ont aussi aimé le suivi personnalisé qu’ils ont eu avec les intervenants. «Je les appelle pour leur demander des détails sur leur utilisation et les améliorations à faire. Ils apprécient que quelqu’un les encourage», explique Mme Simonet.

La trousse étant offerte pour seulement un mois, certains parents l’ont redemandée pour une autre période, ce qui fait qu’il y a actuellement une liste d’attente.

Les coordonnatrices souhaitent en distribuer davantage au cours des douze prochains mois. Le concept a d’ailleurs trouvé preneur dans quatre autres regroupements familiaux, à Montréal, Gatineau, Mirabel et Deux-Montagnes, qui comptent l’adapter à leur clientèle.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top