- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Décision de la CPTAQ: soulagement et impatience des élus

Alors que le rapport de la CPTAQ réjouit la députée de Mirabel, Denise Beaudoin, qui rejette depuis plusieurs années le site choisi par le maire Hubert Meilleur pour implanter une gare de train de banlieue à Mirabel, celui‑ci retient surtout l’idée que la Commission ne peut pas s’objecter à ce qu’il dispose des lots sur ledit site qui appartiennent à la Ville par droits acquis.

On se souviendra en effet que la Ville de Mirabel était parvenue, en 2011, à faire reconnaître ses droits de propriété sur les lots avoisinants le site visé sur la rue Victor en invoquant un article de la Loi sur la protection du territoire agricole, qui en exclut les terrains desservis par l’aqueduc et l’égout avant son adoption, en 1978.

L’administration municipale peut ainsi légalement disposer de ces terrains et exiger l’expropriation des producteurs qui en sont propriétaires. Déjà, la Ville s’est entendue avec deux de ces trois producteurs.

Il reste que pour enclencher le début des travaux de construction de la gare de train, la Ville doit obtenir l’aval de l’Agence métropolitaine de transport, qui a préféré mettre sur la glace pour une durée indéterminée le projet du maire Meilleur en raison des querelles interminables entre ce dernier et la députée Beaudoin dans ce dossier.

La députée de Mirabel ne cache pas sa satisfaction face aux conclusions émises par la CPTAQ dans son rapport, lesquelles ne sont pas favorables au site choisi par le maire Meilleur. «L’inquiétude qu’avait manifestée M. Gendron relativement au projet de construction d’une gare de train de banlieue et d’un parc de stationnement incitatif sur un site localisé dans la zone agricole de la Ville de Mirabel vient ici d’être confirmée. Or, j’ai moi‑même soutenu cette position depuis le début de ce dossier, malgré toutes sortes d’attaques non fondées de la part du maire», soutient Mme Beaudoin, par voie de communiqué.

«Je travaille sans relâche depuis que j’ai été élue députée en faveur de l’implantation d’une gare à Mirabel, mais pas n’importe où. L’acharnement qu’a mis le maire dans ce dossier n’a jamais tenu compte de la moindre consultation publique. Ne savait‑il pas dès le départ que son choix allait entraîner des contestations devant les tribunaux pendant de nombreuses années, et ce, aux frais de ses propres contribuables?» ajoute‑t‑elle.

Mme Beaudoin fait aussi remarquer que le maire Meilleur, appuyé par certains promoteurs, projetait de faire construire des condominiums dans la zone de la gare, projet que la CPTAQ juge inapproprié dans ce secteur qui, même une fois dézoné, restera bordé de terres agricoles.

Quant au maire Meilleur, il se dit désormais ouvert à respecter l’endroit que voudra bien choisir le gouvernement pour implanter la gare de train pourvu qu’il agisse vite en raison de l’arrivée prochaine d’Aérolia, de la construction des CSeries chez Bombardier et du reste des activités sur le territoire impliquant beaucoup de travailleurs et de résidants.

Entre‑temps, fait‑il remarquer dans un communiqué, les immenses panneaux bleus installés en bordure de l’autoroute resteront sur place, question de dénoncer le refus du gouvernement de construire une gare à Mirabel.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top