- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Débarcadère à l’école secondaire Rive-Nord: «La sortie en sifflet n’est pas sécuritaire» —Paul Larocque

Le projet de réaménagement du débarcadère des autobus scolaires de l’école Rive-Nord, à Bois-des-Filion, est vite devenu un imbroglio dès son dépôt auprès du conseil municipal, au printemps 2010, qui en rejetait les plans, à la surprise avouée des gens de la commission scolaire. 

Nouvellement élu maire au moment de la construction de la petite école secondaire de proximité, il y a de cela 17 ans, Paul Larocque reconnaît aujourd’hui que «l’implantation n’est pas parfaite. La façade aurait dû être sur la 36e Avenue», se remémore-t-il à propos de négociations quelque peu conflictuelles avec une administration scolaire aujourd’hui révolue.

La situation a beaucoup évolué depuis, avec une démographie croissante qui a fait passer le nombre d’élèves de 800 à 1200. Les scooters s’ajoutant aux voitures d’élèves ont gonflé le flot de circulation, tout en diversifiant la dynamique parmi les gros autobus jaunes, ce qui exacerbe parfois les résidants.

Mais une chose est claire pour le maire, qui expliquait la situation, avec tableau à l’appui, aux représentants du comité de parents réunis autour du commissaire scolaire Gilbert Guérette, lors de la récente assemblée de conseil.

«On veut qu’ils empruntent la 36e Avenue, mais pas de division sur deux avenues», d’affirmer Paul Larocque quant aux allées et venues des autobus scolaires, avec l’assentiment du conseil municipal.

Voilà qui exclurait la 33e Avenue des plans, avec sa configuration quelque peu louvoyante, afin de sortir en droite ligne par la 36e jusqu’à Adolphe-Chapleau, ce qui préserverait du même coup la quiétude sur les rues Vendetti, Poirier et Albert. Les rues Lafortune et Charbonneau ne seraient pas épargnées, à mi-chemin entre l’école et la route 344.

«On veut bien refaire la 36e Avenue», proposait le maire aux parents, afin de faire valoir son empressement à trouver une solution. «Nous pourrions déplacer le stationnement du personnel…», réfléchissait-il tout haut, en échangeant des idées avec le commissaire et les parents.

On évaluait sommairement à quelque 300 000 $ le règlement d’emprunt nécessaire à la réfection de la 36e Avenue par la Ville, une dépense qu’on ne ferait que devancer en fait. Mais c’est surtout la diffusion de la circulation, autour des rues avoisinantes et à l’approche du boulevard Adolphe-Chapleau, qui préoccupe le maire.

Voilà pourquoi aucun permis de construction n’est encore délivré, même si la Commission Scolaire de la Seigneurie des Mille-Îles (CSSMI) avait déposé des plans et mis la somme de 150 000 $ en réserve pour procéder à la construction de son nouveau débarcadère.

Paul Larocque demeure toujours ouvert et dit souhaiter discuter le plus tôt possible avec les représentants de la CSSMI, puisque «tous, nous pensons à la sécurité des enfants», de conclure le premier magistrat face à un dossier loin d’être réglé.

L’école Rive-Nord ne pourra donc compter sur un nouvel aménagement de la plage d’accueil de ses élèves avant la rentée d’automne 2013, puisqu’il est d’ores et déjà trop tard pour des travaux durant les vacances d’été qui se pointent. 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Mariage 3k
- PUBLICITÉ -
Top