- PUBLICITÉ -
De passage à Saint-Jérôme: Pauline Marois annonce deux nouveaux centres de santé

La première ministre Pauline Marois était de passage à Saint-Jérôme pour une deuxième fois en moins de 15 jours en compagnie du ministre de la Santé

De passage à Saint-Jérôme: Pauline Marois annonce deux nouveaux centres de santé

La première ministre Pauline Marois était de passage à Saint-Jérôme, lundi matin, afin d’annoncer la construction prochaine d’un CHSLD et d’un nouveau pavillon de soins en santé mentale. Une nouvelle bien accueillie par la députation régionale et la direction du Centre de santé et de services sociaux de Saint-Jérôme.

Accompagnée du ministre de la Santé, Réjean Hébert, du directeur et du président du CSSS de Saint-Jérôme, Marc Fortin et Roger Gibb, Mme Marois n’a pas manqué de rappeler qu’elle met actuellement en œuvre l’un des engagements pris par son parti lors de la campagne électorale de septembre dernier. «Mon gouvernement va s’attaquer au problème de l’iniquité régionale dans les régions qui connaissent une forte poussée démographique. On voulait mettre de l’ordre dans les finances publiques et maintenant, nous abordons une autre étape de notre mandat: des investissements importants et payants», a proclamé la première ministre, en point de presse à l’auditorium de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme.

Celle-ci a d’abord confirmé la construction d’un centre pour personnes âgées en perte d’autonomie, un CHSLD qui nécessitera un investissement de 50 M$ de Québec et de 2,5 M$ du CSSS. Les travaux débuteront en juin 2015, puis le nouvel endroit accueillera ses premiers pensionnaires à l’été 2017. Érigé sur la rue Durand, tout près de l’Hôpital de Saint-Jérôme, l’édifice de trois étages comptera 212 chambres privées et individuelles avec aires communes au centre. De ce nombre, on réservera 44 chambres pour des clientèles particulières.

Visant une meilleure qualité de vie des résidents et du personnel, le CSSS a notamment prévu d’aménager des zones privées ainsi que des terrasses sécurisées. «Plus qu’une construction neuve, ce projet traduira un véritable milieu de vie pour nos aînés en perte d’autonomie. Pour le personnel, ce milieu adapté, agréable et sécuritaire, lui permettra de dispenser les services avec le même dévouement, mais à l’intérieur d’un bâtiment moderne», a expliqué le président du CSSS, Roger Gibb.

En réalité, ce nouveau centre n’accueillera pas forcément de nouveaux pensionnaires, mais sera réservé aux résidents des centres Youville et L’Auberge de Saint-Jérôme.

La construction d’un bâtiment prévu pour les soins en santé mentale permettra toutefois d’élargir l’offre de services à la population de la région des Laurentides, surtout avec ses 21 lits supplémentaires. À terme, on y retrouvera 97 lits, dont dix seront réservés à la clientèle en pédopsychiatrie.

Cet édifice remplacera l’actuel centre âgé de 55 ans qu’on dit désuet. Au CSSS, on estime qu’un centre mieux adapté et plus moderne permettra une approche intégrée des services et du travail effectué en équipe multidisciplinaire. Sa construction évaluée à 92,4 M$ sera entièrement financée par le gouvernement et débutera en 2015 pour voir le jour en 2018.

«Ces projets seront suivis de près pour assurer une utilisation optimale des fonds publics et nous nous assurons qu’ils seront livrés dans la plus grande efficacité», a promis Mme Marois.

Le député de Labelle, Sylvain Pagé, a souligné que la construction d’un nouveau centre en soins psychiatriques était fortement attendue. «La santé mentale est un enjeu dans les Laurentides. Les préoccupations de nos citoyens ont été entendues.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top