- PUBLICITÉ -
Daniel Ratthé réagit favorablement à la nouvelle

(Photo Michel Chartrand)

Daniel Ratthé réagit favorablement à la nouvelle

Abandon du projet de clinique privée en ophtalmologie

Le député de Blainville, Daniel Ratthé, accueille favorablement la décision du ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, d’abandonner le projet de construction de deux centres externes consacrés aux soins en ophtalmologie, l'un affilié au CHUM, l'autre à l'Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme.

Deux cliniques privées, l’une à Sainte-Agathe-des-Monts et l’autre à Blainville, figuraient au plan.
«L’idée derrière ce projet était de sortir tous les soins en ophtalmologie des cinq hôpitaux des Laurentides – Mont-Laurier, Sainte-Agathe, Saint-Jérôme, Lachute et Saint-Eustache – pour les confier au privé», a-t-il rappelé d’entrée de jeu. La démarche était alors perçue, par le Parti québécois, comme une étape de plus vers le privé. «Nous, au Parti québécois, ne comprenions pas que le gouvernement paie pour ces opérations au privé plutôt que d’injecter cet argent dans le réseau public», explique-t-il.

Une nouvelle salle d’opération à l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme

Or, une brève rencontre avec le ministre Bolduc, la semaine dernière, a non seulement permis au député de valider la décision de ce dernier de stopper le projet, mais aussi d’apprendre qu’une somme d’argent sera allouée à la modernisation d’une salle d’opération en ophtalmologie à l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme.
«Je n’ai pas eu le temps d’entrer dans les détails, mais je sais que le ministre s’attend à ce que les travaux soient complétés d’ici un an et demi», a-t-il laissé savoir. Quelle somme sera investie dans ces travaux? Est-ce que toutes les opérations ophtalmologiques seront centralisées à Saint-Jérôme? Y aura-t-il d’autres investissements consentis dans la région des Laurentides? Autant de questions qui demeurent, à ce stade-ci, sans réponse.

Dans l’immédiat, et jusqu’à ce que les travaux de modernisation à l’hôpital de Saint-Jérôme soient terminés et les nouveaux équipements disponibles, les opérations pour les cataractes qui dépassent la capacité du réseau public seront absorbées par le privé et redirigées vers une clinique de Laval, aux frais du gouvernement.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top