- PUBLICITÉ -
Daniel Ratthé confiant de voir Sainte-Anne-des-Plaines demeurer dans les Basses-Laurentides

(Photo Michel Chartrand)

Daniel Ratthé confiant de voir Sainte-Anne-des-Plaines demeurer dans les Basses-Laurentides

Étude du rapport préliminaire de la Commission de la représentation électorale du Québec

Dans le cadre de son rapport préliminaire, la Commission de la représentation électorale (CRÉ) du Québec a permis au député de Blainville, Daniel Ratthé, de s’exprimer face à la proposition de soustraire Sainte-Anne-des-Plaines de son comté pour l’envoyer dans le nouveau comté de Masson.

C’est donc les 14 et 15 septembre derniers que le député a pu profiter des quelque 20 minutes allouées pour faire valoir son point de vue. «Avec un surplus d’électeurs de presque 30 % par rapport à la norme (60 070 électeurs versus 46 411), c’est clair qu’il doit y avoir un redécoupage du comté. Mais c’est aussi à regret que je laisse partir Sainte-Anne-des-Plaines», a-t-il convenu d’entrée de jeu, au lendemain de son intervention.

En revanche, M. Ratthé tient mordicus à ce que la municipalité demeure dans sa communauté naturelle et c’est dans cette optique qu’il a présenté son mémoire au directeur général des élections. Essentiellement, M. Ratthé a mis en lumière le fait que d’envoyer Sainte-Anne-des-Plaines dans le comté de Masson, avec le secteur La Plaine et Mascouche, ne tenait pas compte de la courbe démographique de ces régions.

«Une courbe de croissance impressionnante qui nous permet de croire que le seuil maximum autorisé par la loi sera rapidement dépassé et ce, probablement même avant l’adoption de la nouvelle carte électorale», a-t-il pointé.

Sans compter que la proposition de la CRÉ ne respecte en rien le concept de communauté naturelle, puisque Sainte-Anne-des-Plaines fait partie d’une multitude d’organismes se rattachant aux Basses-Laurentides (MRC, Conseil régional des élus, CSSMI et Conseil intermunicipal de transport, entre autres), en plus d’être desservie par le CSSS Thérèse-De Blainville et le cégep Lionel-Groulx. «C’est clair que d’envoyer Sainte-Anne-des-Plaines dans Lanaudière représente un non-sens», a-t-il statué.

Propositions du député

Selon le député, la seule option logique serait de se tourner vers les Basses-Laurentides, là où plusieurs comtés affichent peu ou pas de surplus. C’est le cas, notamment du comté d’Argenteuil qui, à l’inverse, est en situation d’exception négative avec un déficit d’électeurs de 9 % par rapport à la moyenne. Ainsi, en augmentant le nombre d’électeurs dans les circonscriptions d’Argenteuil et de Deux-Montagnes (surplus de 0,3 %), par exemple, en tenant compte des projections démographiques, de la localisation des quartiers déjà développés et de ceux en développement et en considérant le fait que la densification de la population peut justifier un découpage en fonction des quartiers et non plus des villes dans certains secteurs, le député croit qu’il serait possible d’arriver à une solution qui permettrait une représentation plus juste et équitable. «Conserver Sainte-Anne-des-Plaines dans les Basses-Laurentides plutôt que de l’envoyer à Lanaudière n’est pas une avenue que le DGE avait envisagée. Mais après ma présentation, il m’a assuré qu’il allait faire de son mieux pour lui trouver une meilleure circonscription», a résumé M. Ratthé.

Au moment du dépôt de la CRÉ, au plus tard en juin 2011, la décision sera finale et sans appel. La nouvelle carte électorale du Québec entrera en fonction en 2012. Pour lire l’intégrale de l’intervention du député Ratthé, visitez le [www.assnat.qc.ca].

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top