- PUBLICITÉ -

Daniel Demers est enseignant de 5e année à l'école primaire des Blés-Dorés, à Mirabel.

Daniel Demers: le prof derrière les ateliers Super Cerveau

En début d'année, Daniel Demers a invité ses élèves à inscrire sur une feuille les pensées négatives qui les habitent. Puis, il leur a demandé de déposer dans la déchiqueteuse tous les «je ne suis pas bon en math», «je ne suis pas capable d'écrire» et autres phrases «perdantes» pour les remplacer par des phrases «gagnantes». Un exercice imagé qui illustre bien l'approche unique et positive de ce prof de 5e année de l'école primaire des Blés-Dorés, à Mirabel.

La force de la pensée positive

C’est en 2011, alors qu’il déneigeait le toit de sa maison, que Daniel Demers a eu l’idée de créer des ateliers pour parler du fonctionnement du cerveau et de la pensée positive, des sujets auxquels il s’intéressait depuis déjà plusieurs années. Ainsi est né le projet Super Cerveau qui, depuis, le mène d’école en école et qui lui a d’ailleurs valu, à un certain moment, le surnom de «monsieur Cerveau».

«Il y a une phrase magnifique qui dit: “Ce que je pense de moi, je le deviens”», souligne l’enseignant. Et c’est là d’ailleurs l’essence du message qu’il véhicule, son objectif étant de sensibiliser les jeunes au potentiel immense de leur cerveau.

Chaque semaine, il aborde cette thématique avec les élèves de sa classe. Il parle aussi de visualisation, de stress et de concentration. De plus, il présente régulièrement des ateliers dans d’autres écoles du Centre de services scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) et dans les régions avoisinantes.

«Quand on enseigne, on se demande parfois quel impact on a sur les jeunes qui nous sont confiés. Avec le projet Super Cerveau, j’ai l’impression que je leur laisse des connaissances qui vont les accompagner très très longtemps», confie Daniel Demers.

Chose certaine, son approche est appréciée et est bénéfique pour les élèves, tant du point de vue personnel que de celui de la persévérance scolaire.

Plusieurs projets en tête

M. Demers, qui en est à sa 35e année d’enseignement, prévoit prendre sa retraite l’an prochain. Mais loin de lui d’idée d’abandonner les ateliers sur le cerveau. En effet, il souhaite continuer, dans les années à venir, à visiter les écoles. Il envisage même de proposer la formule aux bibliothèques et de développer un projet pour les personnes âgées. À suivre!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top