- PUBLICITÉ -
Cure de jouvence pour la polyvalente Sainte-Thérèse

Vue de l’extérieur de la polyvalente Sainte-Thérèse une fois revampée.

Cure de jouvence pour la polyvalente Sainte-Thérèse

Des travaux estimés à 55 M$

Dès ce printemps, les travaux de réfection de la polyvalente Sainte-Thérèse seront amorcés par la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI). Réparties en quatre phases, ces interventions, rendues nécessaires pour le maintien de ce bâtiment construit en 1980, permettront d’accueillir les élèves et l’équipe-école dans un lieu complètement revampé, incluant le Centre de formation professionnelle (CFAP), quelque part en 2023.

Dès ce printemps, les travaux de réfection de la polyvalente Sainte-Thérèse seront amorcés par la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI). Réparties en quatre phases, ces interventions, rendues nécessaires pour le maintien de ce bâtiment construit en 1980, permettront d’accueillir les élèves et l’équipe-école dans un lieu complètement revampé, incluant le Centre de formation professionnelle (CFAP), quelque part en 2023.

Tel que nous vous l’annoncions en juin dernier, la première phase des travaux consistera à détruire la piscine, érigée en 1974, pour la remplacer par un gymnase.

«La raison est bien simple, étant donné son état de vétusté, la piscine ne sera plus utilisable. On ne pourrait même pas la rénover, il faudrait la reconstruire» , expliquait Mélanie Poirier, porte-parole de la CSSMI, au début de l’été 2018. Elle précisait alors que le ministère de l’Éducation n’offrait plus de subventions pour la réfection de piscines et qu’il en aurait coûté près de 4,1 M$ sur 50 ans pour aller de l’avant avec ce projet.

La première phase sera aussi le théâtre du réaménagement des stationnements.

Phases 2 à 4

Une fois la phase 1 complétée, au printemps de 2020, prévoit la CSSMI, on s’attaquera alors au revêtement extérieur, que l’on remplacera. On aménagera également des espaces de divertissement sur le terrain en façade, en plus de changer ou ajouter des fenêtres et de réparer les cages d’escalier.

La phase 4 des travaux qui, elle, devrait débuter au printemps de 2022, consistera à remplacer le revêtement extérieur du CFAP.

Cohabitation élèves-travailleurs

Bien que la CSSMI prévoit profiter au maximum des périodes où l’école est inoccupée pour faire avancer les travaux les plus bruyants, principalement lors des congés et en période estivale, une cohabitation s’avérera évidemment nécessaire entre les élèves, l’équipe-école et les travailleurs du chantier, lorsqu’on entamera la phase 2.

«La CSSMI est consciente de l’adaptation dont devront faire preuve les élèves, leurs parents, le personnel et la direction de l’école ainsi que le voisinage. Il s’agit d’une période charnière, mais les résultantes de ce projet n’en seront que des plus positives pour tous!» , a indiqué Mme Poirier, avant d’ajouter qu’une consultation sera mise en place au moment opportun pour consulter les parents.

Questionnée à savoir si la présence de roulottes sur le terrain de la PST était une avenue envisagée et sur le nombre d’élèves qui seraient alors visés, cette dernière a répondu qu’il était encore trop tôt pour le dire.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top