- PUBLICITÉ -
CSSMI : des écoles se trouvent sur des terres contaminées

Le Centre de formation professionnelle (CFP) de l’Automobile de Ste-Thérèse, situé sur le même terrain que la Polyvalente Ste-Thérèse, serait en grande partie responsable de sa contamination. 

CSSMI : des écoles se trouvent sur des terres contaminées

Identifiées dans un reportage de TVA Nouvelles au nombre des écoles qui se trouvent sur des terrains contaminées, la Polyvalente Sainte-Thérèse, l’école primaire Notre-Dame de l’Assomption de Blainville et l’École secondaire des Patriotes de Saint-Eustache ne présentent et n’ont jamais représenté aucun danger pour les élèves, assure-t-on à la Commission scolaire de la Seigneurie des Mille-Îles (CSSMI).

«Il est important de rassurer la population, a d’abord lancé Anik Gagnon, porte-parole de la CSSMI. On parle de substances qui sont au minimum à un mètre, deux mètres ou même à trois mètres de profondeur. Donc, tant qu’on ne creuse pas, il n’y a aucun danger.»

Mme Gagnon a ajouté que le fait de voir apparaître des écoles de la commission scolaire qu’elle représente dans le reportage de TVA Nouvelles, diffusé le 3 février, ne l’a pas surprise, bien au contraire.

«Nous étions au courant, a-t-elle insisté. Il y a quelques années, on avait demandé aux commissions scolaires de regarder si certaines de leurs écoles se trouvaient sur des terres contaminées. Les études réalisées nous avaient alors permis d’identifier cinq endroits différents.»

Vérifications faites, c’est le 8 janvier 2009, il y a de cela sept ans, que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) a déposé une demande à la CSSMI afin que celle-ci dresse l’inventaire des terrains contaminés dans le cadre d’un dossier relatif au passif environnemental. Outre les trois institutions précédemment nommées, l’école Marie-Soleil-Tougas de Terrebonne, de même que l’Entrepôt Deux-Montagnes s’étaient aussi retrouvées sur cette liste.

La plupart des travaux sont déjà exécutés

Profitant de subventions qui ont couvert l’ensemble des coûts des travaux nécessaires pour procéder à la décontamination, la CSSMI a, depuis, corrigé la situation, et ce, presque entièrement. Les travaux à Notre-Dame de l’Assomption, à l’École secondaire des Patriotes ainsi qu’à l’Entrepôt de Deux-Montagnes sont en effet complètement terminés. Il ne reste plus qu’à s’occuper de la Polyvalente Ste-Thérèse.

«Les travaux sont prévus à l’été 2016. Nous sommes actuellement à travailler les plans et devis. Nous devons bien planifier ces travaux pour les mener lorsqu’il n’y a pas de personnel, ni d’élèves», a indiqué Anik Gagnon, précisant en outre que ces travaux seront réalisés par des firmes spécialisées afin de s’assurer qu’au moment du creusage toutes les normes de santé et de sécurité seront respectées.

Selon toute vraisemblance, a conclu la porte-parole de la CSSMI, le Centre de formation professionnelle (CFP) de l’Automobile de Ste-Thérèse, situé sur le même terrain que la Polyvalente Ste-Thérèse, est en grande partie responsable de sa contamination. En ce qui a trait aux autres terres identifiées, on ignore ce qui a pu souiller les terrains sur lesquels elles ont été construites.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top