- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – La CSSMI, qui loge au 430, boulevard Arthur-Sauvé, à Saint-Eustache, a tenu à s’expliquer dans le dossier du congédiement de l’enseignante Kathya Dufault.

Congédiement d’une enseignante: la CSSMI soutient que la liberté d’expression n’est pas en cause

La Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), par l’entremise de sa directrice du Service des affaires corporatives et des communications, France Pedneault, a tenu à réagir à la manifestation du Syndicat des enseignants des Basses-Laurentides (SEBL) en arguant qu’elle «ne congédie pas du personnel sans des motifs raisonnables et que la libre expression ne fait pas partie de ces motifs.»

Dans une lettre ouverte acheminée lundi dernier, en fin d’après-midi, et qu’elle a mise en ligne sur son site Web, la CSSMI soutient que ce n’est pas la libre expression qui est en cause dans l’avis d’intention de congédiement acheminé à l’enseignante Kathya Dufault qui, on le sait, a fait état, à visage ouvert, dans les médias, dont à La Presse + et à votre hebdo L’ÉVEIL, des conditions difficiles d’exercer sa profession.

La CSSMI dit qu’il est «faux» d’affirmer, selon ce que le journaliste Patrick Légacé a écrit dans sa chronique du lundi 10 décembre, que le «congédiement de Mme Dufault est directement relié au fait que celle-ci a parlé de ses conditions de travail dans les médias

«Jamais aucun employé de la CSSMI n’a été congédié pour avoir parlé aux médias. Notre organisation a une politique de communication claire au regard des rôles et des responsabilités de chacun, et le fait de s’exprimer publiquement ne constitue pas un motif de congédiement», peut-on lire dans cette lettre ouverte.

Et d’ajouter la CSSMI: «Dans ce dossier spécifique, en vertu de la Loi sur l’accès à l’information et la protection des renseignements personnels, la CSSMI n’est pas autorisée à préciser ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Nous pouvons simplement dire que si l’ensemble des éléments de ce dossier avait été partagé publiquement, cela aurait suscité bien moins d’intérêt

Québec solidaire s’en mêle

Le dossier a aussi fait réagir l’ex-candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Groulx, Fabien Torres, professeur de sociologie au collège Lionel-Groulx.

Selon Fabien Torres, le message lancé par la CSSMI est clair. «Ici, on veut que Kathya Dufault ne revienne pas et on souhaite envoyer une directive aux enseignants: n’allez pas parler publiquement de vos conditions de travail. Taisez-vous, dites que tout va bien dans vos classes et partez en burn-out en silence s.v.p.», d’écrire M. Torres.

Celui-ci souhaite maintenant que le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, et ancien enseignant, saura démontrer «qu’il comprend que le vrai devoir de loyauté d’une enseignante n’est pas envers sa commission scolaire, mais envers les enfants qu’elle voit tous les jours, envers leurs parents et envers la société qu’elle contribue à façonner» et «que cela devrait être également celui de la commission scolaire

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Mariage 3k
- PUBLICITÉ -
Top