- PUBLICITÉ -
Compteurs intelligents: les Laurentides se préparent aux audiences publiques

Maria Acosta

Compteurs intelligents: les Laurentides se préparent aux audiences publiques

Loin de s’essouffler, la croisade contre l’installation des compteurs intelligents se poursuit de plus belle dans les Laurentides.

Alors que le Québec compte actuellement une cinquantaine de groupes, le Mouvement Basses-Laurentides Refuse, initié par Maria Acosta, agrandit son territoire pour désormais couvrir l’ensemble des Laurentides. «La région compte maintenant deux porte-parole: moi et Lucie Mayer, dans les Hautes-Laurentides», se réjouit Mme Acosta, avant d’ajouter que plusieurs activités sont en préparation, dont une qui touchera l’ensemble des 52 villes qui font partie du mouvement citoyen Refusons les compteurs intelligents.

«Le mouvement s’agrandit et le déploiement est là. On commence à se réveiller et à réaliser les problèmes qui peuvent être reliés à ces compteurs intelligents», note Mme Acosta.

Pour l’heure, cependant, on insiste sur les audiences publiques qui se dérouleront sous l’égide de la Régie de l’énergie concernant l’installation des compteurs intelligents, phases II et III, en avril prochain. Il sera également question de l’option de retrait proposée par Hydro-Québec aux consommateurs, mais totalement injustifiée et inéquitable, selon Mme Acosta. «Les témoignages quant au caractère jugé injuste et inapplicable de l’option de retrait sont importants pour obtenir l’abolition totale des frais de retrait. Même l’Assemblée nationale a voté contre ces frais», souligne-t-elle, en référence à la motion adoptée en ce sens par tous les partis politiques, en mai dernier.

Plaintes à la Régie de l’énergie

Dans la foulée, Mme Acosta invite les gens à déposer leur plainte concernant ces deux dossiers à la Régie de l’énergie. La date limite pour la réception de tous documents est le 13 mars, à midi. «Les citoyens doivent savoir que leur témoignage sera rendu public en étant sur le site de la Régie. Les gens doivent s’identifier, sans craindre quoi que ce soit. On a besoin de leurs témoignages pour s’y appuyer», a‑t‑elle évoqué.

Il est important de noter que seuls les témoignages de citoyens mécontents des façons de faire d’Hydro-Québec (ainsi que du sous-traitant CapGemini) et/ou devenus malades en raison des compteurs et des routeurs seront retenus. «Les lettres d’opinion ne seront pas prises en compte», prévient Mme Acosta.

Les deux dossiers présentement traités par la Régie de l’énergie sont le dossier tarifaire R‑3854‑2013 phase 2 (option de retrait) et le dossier R‑3863‑2013 (retour sur la phase 1 de déploiement dans la région de Montréal et autorisation des phases 2 et 3, dans le reste du Québec).

Dans les deux cas, les citoyens qui le désirent doivent écrire à l’adresse suivante: greffe@regie-energie.qc.ca et inscrire comme objet: à verser au dossier R‑3863‑2013 (observations) et au dossier R‑3854‑2013 phase 2 (observations).

Par ailleurs, Mme Acosta a aussi prévenu de son intention, dans l’éventualité de l’élection vraisemblablement attendue ce printemps, de poser des questions à tous les candidats qui se présenteront, sans égard à leur parti ou leurs allégeances politiques. «Ce n’est pas compliqué, on va poser la même question à tout le monde: êtes‑vous pour ou contre l’installation des compteurs intelligents? Parce que là, même Pauline Marois patine», constate-t-elle. Pour en savoir davantage, visitez le [www.basseslaurentidesrefuse.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top