- PUBLICITÉ -

Photo Claude Desjardins La RIPTB continue de collaborer afin de contrôler les entrées et sorties de la communauté, 24 h sur 24, 7 jours sur 7.

Communauté juive de Boisbriand: une enquête est ouverte

La RIPTB a ouvert une enquête à la suite d’une manifestation survenue le lundi 6 avril, en soirée, dans un quartier de Boisbriand reconnu pour accueillir la communauté juive Tosh, au sein de laquelle l’on dénombre une soixantaine de cas de contamination à la COVID-19.

Rappelons que lundi, voulant protester contre l’ordre de confinement émis par la Santé publique, quelque 200 membres de cette communauté juive orthodoxe ont manifesté leur frustration. C’est un conducteur disant transporter de la marchandise et qui souhaitait entrer dans la communauté qui a provoqué ce tollé.

«Après vérifications, a indiqué Martin Charron de la RIPTB, il ne possédait pas de nourriture et n’était pas inscrit sur la liste des services essentiels. Il s’est vu refuser l’entrée à la communauté.»

Des membres de la communauté se sont alors regroupés afin de manifester leur mécontentement envers les policiers présents au point de contrôle en s’avançant vers eux. Les policiers ont alors ordonné aux citoyens de respecter la distanciation physique.

«Après plusieurs échanges avec les responsables, la situation s’est résorbée dans le calme. Nos policiers ont agi rapidement et efficacement dans le cadre de cette situation», a ajouté le policier de la RIPTB.

Une enquête est en cours

Bien que les citoyens aient obtempéré aux directives des policiers et aient quitté les lieux après quelques échanges verbaux, une enquête a été ouverte.

«L’enquête, de poursuivre Martin Charron, a pour objectif d’identifier les contrevenants qui ont participé au rassemblement de lundi soir, ne respectant pas ainsi les mesures de distanciation ordonnées par le gouvernement du Québec».

À la suite des identifications, la RIPTB pourra rédiger des rapports d’infractions généraux qui seront ensuite acheminés au DPCP (Directeur des poursuites criminelles). Les amendes pour de tels rassemblements peuvent varier entre 1000 et 6000$.

Rappelons que le 31 mars, la direction de la Santé publique des Laurentides a ordonné le confinement de la communauté juive de Boisbriand pour une période de 14 jours. Cette ordonnance est survenue au moment où déjà, de nombreux cas positifs à la COVID-19 avaient été répertoriés au sein de la communauté.

La RIPTB continue de collaborer afin de contrôler les entrées et sorties de la communauté, 24 h sur 24, 7 jours sur 7.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top