- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Commission Charbonneau:le maire de Blainville demande des précisions

Dans la poursuite du témoignage de Bernard Trépanier entendu, le 15 avril dernier, à la Commission Charbonneau, et dans le cadre des sommes versées à ce dernier et à sa compagnie Bermax par Astral pour «du développement des affaires, notamment dans les municipalités», il a été révélé que M. Trépanier aurait croisé des élus de Blainville en Floride, en 2002, avant de les inviter à jouer au golf, à ses frais. «Blainville a été mon client», a-t-il admis. Il dit avoir par la suite refilé la facture à Astral.

Le maire de Blainville,François Cantin, a aussitôt réagi par voie de communiqué,  en demandant des précisions au procureur de la commission sur ces allégations qui concerneraient, rappelons-le, des élus de l’ancienne administration, alors que Pierre Gingras, chef du parti de l’action civique (PAC), était maire de Blainville. «Selon son témoignage, M. Trépanier aurait rencontré des élus de Blainville en Floride avant 2005, lors de parties de golf, et il y aurait eu certaines dépenses. Il serait pertinent de savoir qui il a rencontré, pour quelles raisons et qu’elles ont été les fameuses dépenses», peut-on lire dans le communiqué.

Le lendemain, lors de la séance du conseil municipal, le maire Cantin est revenu à la charge, arguant cette fois que lorsque des témoins de la Commission Charbonneau «nomment des villes et des gens, qu’ils le fassent à bon escient». Au fait, dit-il, que des élus de l’ancienne formation, en l’occurrence le PAC, auraient déjà joué au golf en Floride, M. Cantin dit s’être à l’époque interrogé sur cette situation, mais que l’absence de suivi médiatique par la suite avait tôt fait de faire disparaître l’histoire. «Moi, mes élus ne jouent pas au golf en Floride», a-t-il martelé.

Sa démarche auprès du procureur de la Commission Charbonneau vise à «éviter que des réputations ne soient inutilement entachées

Maire de Blainville depuis 2005, François Cantin avait, rappelons-le, succédé à Pierre Gingras, qui a lui-même occupé le poste de maire de 1993 à 2005. Quant à M. Cantin, il a récemment annoncé qu’il ne sollicitera pas de troisième mandat.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top