- PUBLICITÉ -
«C’est serré

Pauline Marois est venue rendre visite

«C’est serré, mais nous allons gagner!» — Pauline Marois

Le pub Bière au menu, situé à Bois-des-Filion, affichait salle comble, jeudi en fin de journée, alors que des dizaines de militants avaient investi l’endroit pour accueillir la chef du Parti québécois, Pauline Marois.

Avec elle, la candidate de Blainville, Gyslaine Desrosiers, mais aussi ceux de Groulx, Martine Desjardins, et de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, fort discret pour l’occasion. C’était d’ailleurs la troisième visite de Mme Marois dans la circonscription de Blainville depuis le début de la campagne électorale.

Souriante, détendue, et portée par les applaudissements de la foule, Mme Marois a livré un discours énergique, saluant au passage la présence dans la salle de Raymond Archambault, président du PQ, et de Paul Larocque, maire de Bois-des-Filion et «un grand fidèle».

Mme Marois a répété plusieurs fois qu’elle n’avait pas le goût de retourner 30 ans en arrière avec le Parti libéral de Philippe Couillard («N’a‑t‑il pas la même équipe que Jean Charest?»), en plus de mettre en lumière les projets qui lui tiennent à cœur, entre autres, la création d’emplois novateurs, l’électrification des transports, le projet de loi sur les soins en fin de vie et la charte sur la laïcité. «Pas de PQ, pas de charte!» a‑t‑elle lancé.

Également au programme, la langue et la culture. «Nous sommes un peuple de parlants français en Amérique. Je veux que mes enfants et mes petits-enfants puissent continuer d’aller à l’école en français.»

À trois jours du scrutin, Mme Marois s’est affichée elle-même comme une femme forte, déterminée et animée par les convictions de son parti. «Il nous reste un dernier droit. Quelques jours. C’est serré, mais nous allons gagner!»

Pas de super-clinique dans Blainville

Prenant le micro à son tour, la candidate dans la circonscription de Blainville, Gyslaine Desrosiers, a profité du moment pour rassurer ses supporteurs et dire qu’elle était bien au fait des problématiques de la région. «J’ai rencontré les quatre maires de ma circonscription (Blainville, Bois-des-Filion, Lorraine et Sainte-Anne-des-Plaines). Je peux vous dire que j’ai été très bien renseignée et que j’aurai beaucoup de boulot après l’élection», a‑t‑elle indiqué.

Reste que son dossier préféré, a‑t‑elle dit, demeure la santé et qu’à ce chapitre, elle s’engage à développer davantage l’accès au service de la santé. «On ne veut pas de super-clinique et il n’y en aura jamais dans Blainville. L’offre des libéraux est indécente. Je m’engage plutôt à travailler en faveur de l’équité en santé avec l’équipe du PQ», a‑t‑elle tranché.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top