- PUBLICITÉ -
Centre d’hébergement Drapeau-Deschambault: René Lefebvre, bénévole exceptionnel

Fier grand-père de 18 petits-enfants et de 3 arrière-petits-enfants, René Lefebvre, bien qu’il ait délaissé la Floride, se prépare présentement en vue d’un safari, en Afrique du Sud, l’automne prochain.

Centre d’hébergement Drapeau-Deschambault: René Lefebvre, bénévole exceptionnel

Au cours de la dernière année, les quelque 165 bénévoles investis auprès des centres d’hébergement Hubert-Maisonneuve, à Rosemère, et Drapeau-Deschambault, à Sainte-Thérèse, ont cumulé plus de 16 000 heures de bénévolat. Parmi eux, une jeune recrue des derniers mois, René Lefebvre, 78 ans.

«C’est ma première expérience de bénévolat à vie», débute-t-il. Accompagné de Chantal Ouellet, chef des services bénévoles et des loisirs pour les deux centres, M. Lefebvre a parlé de ces gens dont il s’occupe, à raison de trois ou quatre jours par semaine, parfois même le samedi soir, et qui sont en quelque sorte devenus sa famille, au fil des mois. «Ces gens-là comptent sur moi», indique-t-il.

Père de cinq enfants (neuf en comptant ceux de sa conjointe), M. Lefebvre est veuf depuis juin dernier. «Ma conjointe est décédée au Centre Drapeau-Deschambault», lâche-t-il. Or, malgré son bref séjour là-bas, deux jours en fait, M. Lefebvre a eu le temps d’apprécier, dit-il, le service et la délicatesse avec laquelle le personnel et les bénévoles du Centre ont pris soin de sa conjointe. «Perdre un être cher, c’est l’épreuve la plus difficile de sa vie», souffle-t-il.

Puis, encouragé par ses enfants, sans jamais avoir même considéré la chose auparavant, M. Lefebvre a senti grandir en lui l’idée de devenir lui-même bénévole. «Depuis que je suis un bénévole, je vis une sérénité que je n’avais jamais connue de ma vie», raconte cet homme qui, autrefois, passait ses hivers en Floride, bien à l’abri du froid.

Aujourd’hui, dit-il, il ne voit pas le jour où l’envie de s’exiler lui reviendra, tant le contact avec les résidents du Centre le comble. «Ces gens-là sont toujours de bonne humeur et ils ont des histoires à raconter. Quand je reviens chez moi, après une journée passée avec eux, je suis un gars heureux», termine-t-il.

Aux yeux de Chantal Ouellet, et de bien d’autres, c’est aussi ça, un bénévole exceptionnel.

Recrutement

Au-delà du personnel médical et infirmier, des préposés et des techniciens en loisirs qui travaillent dans les centres d’hébergement, les bénévoles y jouent aussi un rôle important, voire essentiel. «Nos bénévoles apportent avec eux une chaleur humaine et créent un contact avec la communauté que nous n’aurions pas autrement», fait valoir Mme Ouellet.

Présentement, 45 bénévoles travaillent au Centre Hubert-Maisonneuve et 120 au Centre Drapeau-Deschambault. Or, la contribution de chacun au mieux-être des résidents prend diverses formes et va des visites d’amitié à l’aide à l’alimentation, en passant par l’organisation d’une soirée de bowling ou de bingo. «Les gens donnent ce qu’ils veulent. Nous avons, par exemple, une dame qui vient faire des manucures à nos résidentes, d’autres qui font la lecture», énumère-t-elle.

Autant de gestes posés qui ne visent qu’une chose: faire du bien. Si le cœur vous en dit, contactez Mme Ouellet au 450-437-4267, poste 3322.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top