- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Campagne électorale dans Mirabel: les candidats parlent de gare, charte de laïcité et d’éducation

Les cinq candidats en lice dans la circonscription de Mirabel en vue du scrutin du 7 avril prochain ont profité des derniers jours de cette campagne électorale pour parler de l’implantation d’une gare dans le secteur de Saint-Janvier, à Mirabel, de la Charte de la laïcité et d’éducation.

Denise Beaudoin: «Mon “Oui à une gare!” se réalisera»

La députée sortante Denise Beaudoin a tenu, entre autres choses, à rappeler qu’elle a, à son avis, travaillé sans relâche, dans l’intérêt public, à promouvoir et défendre «bec et ongles» le dossier de la gare dans le secteur de Saint-Janvier «au‑delà de la mauvaise volonté, du manque de transparence et des intérêts financiers de certains promoteurs». Concernant ce dossier, elle a eu ces mots: «Que rajouter sur le dossier de la gare? Je l’ai amené à un point de non‑retour: mon “Oui à une gare!” se réalisera et nous en aurons enfin une!»

Outre le transport en commun, Mme Beaudoin a indiqué qu’elle veillera, dans un prochain mandat, à obtenir encore plus de CPE avec des heures atypiques adaptées aux horaires des travailleurs, ainsi que la gratuité d’accès au Parc national d’Oka pour les résidants.

Mylène Jaccoud: une nouvelle gare en zone urbaine

Abordant elle aussi le dossier de la gare, la candidate solidaire Mylène Jaccoud estime, pour sa part, qu’il faut faire preuve de cohérence dans le choix de l’emplacement de la future gare de train de banlieue dans le secteur de Saint-Janvier et adopter une vision intégrée et durable de l’aménagement du territoire autour du tracé existant de la ligne Montréal–St‑Jérôme.

Si elle a salué l’opposition de Mme Beaudoin à ce que cette gare soit implantée en zone agricole, elle a cependant déploré que celle-ci ait proposé d’envisager son installation dans l’aérogare désaffectée de l’aéroport de Mirabel. «Cette proposition forcerait les usagers du secteur de Saint-Janvier à faire un détour de plusieurs kilomètres supplémentaires en voiture, presque autant que pour se rendre aux gares existantes à Blainville et à St‑Jérôme», fait remarquer Mme Jaccoud, privilégiant plutôt une implantation en zone urbaine.

Ismaël Boisvert: concrétiser la construction d’une gare

Ne voulant pas être en reste, le candidat libéral Ismaël Boisvert a également fait du dossier de la gare dans le secteur de Saint-Janvier un engagement. «Conscient des réelles préoccupations de mes électeurs quant aux infrastructures de transport, je m’engage à travailler en collaboration avec tous les partenaires du milieu afin de concrétiser la construction de la gare de Saint-Janvier, un projet mis de côté par le PQ depuis 18 mois», a‑t‑il déclaré.

Le jeune candidat a pris cet engagement à l’occasion d’un rassemblement libéral dans sa circonscription en présence de Lise Thériault, candidate d’Anjou–Louis‑Riel, venue le supporter, ainsi que Vicky Emard, candidate dans Groulx. L’événement, organisé en collaboration avec l’Association libérale de Groulx, a rassemblé plus d’une centaine de militants, selon les organisateurs.

Sylvie d’Amours: «Oui à la Charte de la laïcité, non à un référendum»

La candidate caquiste Sylvie D’Amours a insisté, de son côté, sur le fait que sa formation propose d’adopter une charte de la laïcité qui va moins loin que celle proposée par le Parti québécois. Sa formation propose ainsi, a‑t‑elle précisé, d’interdire le port des signes religieux aux employés de l’État qui sont en position d’autorité. «Arrêtons de nous diviser, de nous déchirer. Le Québec doit avoir une charte de la laïcité et nous sommes persuadés que notre proposition rejoint la population québécoise», a‑t‑elle dit.

Si les caquistes disent oui à une charte de la laïcité, ils disent cependant non à un référendum. «Longtemps, on nous proposait deux choix, soit un “Québec seulement” ou encore un “Canada d’abord”. Moi, ce que je vous propose, c’est un “Québec d’abord”», a affirmé la candidate.

Andre Linskiy: redonner de l’autonomie aux écoles et aux enseignants

Enfin, le candidat d’Équipe Adrien Pouliot – Parti conservateur du Québec, Andre Linskiy, a présenté plus en détail la plate-forme de sa formation en éducation, laquelle, estime‑t‑il, contient plusieurs propositions dont certaines visant à redonner de l’autonomie aux écoles et aux enseignants.

«Nos écoles regorgent de braves directeurs d’écoles et de valeureux enseignants qui ont à cœur le succès de leurs élèves, mais le système ne les valorise pas et a plutôt tendance à récompenser ceux qui se conforment aux règles tatillonnes du ministère plutôt que ceux qui réussissent à faire progresser leurs élèves», d’expliquer le candidat Andre Linskiy, proposant du coup des modifications a ce qui a trait aux responsabilités des conseils d’établissement, à la gestion de l’embauche et à l’évaluation du personnel, ainsi qu’au bulletin scolaire.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top