- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

«Ça n’aurait pas dû se passer !», clame la fondatrice

Fermeture du Club Lions de Blainville

Fondatrice du Club Lions de Blainville en 1992, Thérèse Demers-Lapierre a appris avec stupéfaction sa fermeture.

Le Club Lions de Blainville a en effet récemment annoncé, par la voix de sa présidente des 16 dernières années, Pierrette Aubin, qu’il fermait ses portes après 28 ans d’activités. Aucun des 18 membres de l’organisme, au moment de sa fermeture, ne souhaitait en prendre les rennes.

«Nous n’avons pas de relève, affirmait Pierrette Aubin lors d’une entrevue réalisée à la mi-juillet. J’ai 75 ans. Mon mari en a 86. Et puis, on en a données des heures ! Nous n’étions plus capables».

«C’est complètement faux !», de rétorquer Thérèse Demers-Lapierre. En octobre 2019, j’ai proposé à madame la présidente la continuité du club, mais elle a complètement refusé. Sa réponse : ‘il n’en est pas question !’ Cette fermeture n’aurait jamais dû avoir lieu ! Ça n’aurait pas dû se passer !»

Poursuivre les activités

La proposition de Mme Demers-Lapierre était de reprendre la présidence du club, de le sauver et de poursuivre ses activités en recrutant de 12 à 15 membres. Car une fois qu’un club Lions est fermé, il est beaucoup plus difficile et plus dispendieux d’en rouvriur un.

«J’ai l’expérience du lionisme étant donné que j’ai fondé quatre clubs et recruté plus de 125 membres en 25 ans», rage Mme Demers Lapierre qui a en effet fondé, à la fin des années 80 jusqu’au milieu des années 90, les clubs Lions de Saint-Laurent, Saint-Jérôme et Mirabel en plus de celui de Blainville. Quelle ne fut pas sa surprise de voir l’annonce de sa fermeture dans le NORD INFO du 8 Juillet.

«Deux personnes en photos montrant leur fierté de leur mauvais coup. Incroyable! Il est trop facile de fermer un club alors que cela représente tellement d’investissement personnel pour en ouvrir un. Moi, je le sais. Il aurait été facile de me permettre de continuer les activités du club avec une nouvelle direction».

La fermeture du Club Lions de Blainville sera lourde de conséquences pour des centaines d’enfants de Blainville qui bénéficiaient de sa générosité. Peut-être est-il encore temps de faire quelque chose ?

«C’est avec beaucoup de peine que nous priverons la communauté blainvilloise. Je profite de l’occasion pour remercier la Ville de Blainville pour tout le support accordé au cours de ses 28 ans de service», a conclu Mme Demers-Lapierre avant de remercier la cofondatrice du club, Réjane Picard, pour ses nombreuses années d’implication.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top